Communiqué NPA31 suite à la manifestation du 21 février Imprimer
Actualité politique - Actualité politique locale
Mardi, 24 Février 2015 16:59

Un an après la grande manifestation du 22 février 2014 à Nantes, durement réprimée par les forces de l’ordre, et quatre mois après le meurtre de Rémi Fraisse, tué d’une grenade offensive dans le dos sur la ZAD du Testet, deux manifestations nationales étaient appelées à Nantes et Toulouse ce samedi 21 février, en soutien aux ZADs et contre le monde des bétonneurs.

Alors que la situation autour de la ZAD du Testet, mais aussi à Roybon, se dégrade de jour en jour avec la mise sur pied de véritables milices (dont certaines se revendiquent ouvertement de l’extrême droite) pour terroriser les opposants, l’enjeu de ces manifestations était très important.

Nous regrettons de n'avoir pas réussi à élargir la manifestation à un arc de forces plus important, car vu la gravité de la situation sur place, toutes les organisations progressistes auraient dû se retrouver dans la rue samedi. Dans ces conditions, réunir 800 personnes à Toulouse en pleines vacances scolaires et universitaires est une belle réussite, qui témoigne de la force de la mobilisation contre ces grands projets nuisibles, contre leur monde et contre les violences policières.

Contrairement à novembre, la préfecture de Haute-Garonne avait autorisé la manifestation, mais cela n'a pas empêché un dispositif policier particulièrement pesant. A la mi-parcours, des jets de peinture et cassages de vitrine « aveugles » (un magasin de chaussures par exemple) ont fourni le prétexte aux forces de l’ordre pour des gazages et matraquages non moins aveugles (des photographes de presse auraient notamment été matraqués).

Casser des vitrines ne fait pas partie de nos méthodes et nous ne pensons pas que cela fasse avancer la lutte, bien au contraire. Pour autant, nous ne mettons pas sur le même plan des dégâts matériels regrettables d'un côté et de l'autre, la mort d'un homme et les blessés graves qui l'ont précédée, résultant des violences des forces de l'ordre.

Ces événements, l'impunité jusqu'ici des responsables de la mort de Rémi Fraisse, la fuite en avant répressive qui a suivi, tout cela a vraisemblablement joué un rôle dans la situation aujourd'hui.

Il ne faudrait pas que ces incidents fassent oublier l’essentiel : la lutte pour l’arrêt immédiat de tous ces grands projets nuisibles et inutiles !

Toulouse, le mardi 24 février 2015

 
Joomla SEO by AceSEF