Site national npa2009.org

Agenda fourni par Demosphere Toulouse

Le site npa31.org est prévu pour que chaque comité y insère ses infos.

Contactez la commission web pour obtenir un compte vous permettant de rédiger des articles sur le site.



Journal de la CILT NPA 31 - n°2 - Octobre 2009 - Pôle emploi : haro sur les chômeurs ! Imprimer Envoyer
Actualité des comités NPA31 - Commission Entreprise
Lundi, 19 Octobre 2009 22:27
Index de l'article
Journal de la CILT NPA 31 - n°2 - Octobre 2009
Molex : patrons voyous et ministres complices…
Freescale : cinq semaines de grève
Soutien aux salariés du Grand Toulouse en grève
Les salariés de France Télécom de Cahors ont gagné
Pôle emploi : haro sur les chômeurs !
Le RSA, une arnaque de plus !
NPArguments : questions sur la grippe A…
Une ergonomie politique pour un socialisme du XXIe siècle
Toutes les pages


Pôle emploi : haro sur les chômeurs !

 

PoleEmploiPage12Pôle emploi est né de la fusion de l’ANPE et des Assedic il y a maintenant dix mois. A en croire la propagande gouvernementale et présidentielle, Pôle emploi a été créé pour « mieux aider les chômeurs ». Cet affichage politique n’est qu’un leurre car l’objectif réel est tout autre : mettre la pression sur les chômeurs au seul service du patronat.

Nicolas Sarkozy n’a cessé de marteler dans les médias qu’il est « inadmissible que plusieurs millions d’offres d’emploi ne trouvent pas preneur alors que dans le même temps, la France compte plusieurs millions de chômeurs ». Sarkozy laisse même sousentendre que cela n’est d’autant moins acceptable que « beaucoup de chômeurs fraudent et se complaisent dans leur chômage ». De plus, les agents sont jugés « trop laxistes envers les chômeurs ». La boucle est bouclée !

Les agents de Pôle emploi sous pression pour mettre la pression aux chômeurs

En interne à Pôle emploi, rien ne va plus. La fusion à marche forcée de l’ANPE et des Assedic et la montée exponentielle du chômage, ont des répercussions graves sur le personnel. Ce dernier n’a pas les moyens d’assurer ses missions et ne se reconnaît plus dans le métier qu’on lui demande de faire. En effet, tout est fait pour rompre avec la culture de service public au profit de la culture d’entreprise, de résultat. Le malaise est palpable à bien des égards :

– les agents n’arrivent plus à accueillir les usagers dans des délais raisonnables faute de moyens. Les agents ont en moyenne plus de 180 personnes à recevoir par mois (ce chiffre va au-delà de 300 sur certains sites). Plus grave encore, l’étude d’un dossier de demande d’allocation, déposé par un chômeur qui s’inscrit, prend de plus en plus de retard,

– la fusion entraîne des fermetures de sites (plus d’un tiers) et des mobilités forcées très mal vécues,

– les agents ex-ANPE doivent apprendre le métier des ex-Assedic, et vice versa, en moins d’une semaine, car désormais chaque chômeur devra être suivi par son conseiller personnel. Le résultat est catastrophique car pour maîtriser l’un ou l’autre des deux métiers il faut compter six mois de formation en centre et deux ans de pratique professionnelle. Cela a pour conséquence que les agents de Pôle emploi ont un profond sentiment de déqualification et sont dans l’incapacité de répondre correctement aux usagers.

– Mais ce n’est pas tout. Les agents de Pôle emploi sont sommés de contrôler, à l’aide de lampes à UV, l’authenticité des papiers d’identité de chaque chômeur sous prétexte de lutte contre les fraudeurs à l’assurance chômage. Les agents ont fortement résisté, et résistent encore, contre cette mesure qui vise à signaler les travailleurs étrangers possédant de faux papiers. Les agents refusent de devenir des auxiliaires de police et de faire de la délation.

– Les agents sont également tenus d’appliquer les principes de l’« offre raisonnable d’emploi ». Ce dispositif consiste à contraindre les chômeurs à accepter n’importe quelle offre d’emploi jugée raisonnable sous peine de voir le montant de leurs indemnités chômage réduit ou supprimé.

Suicides et tentatives de suicides à Pôle emploi

Il n’y a rien d’étonnant à ce que les CHSCT constatent une montée importante des incidents (voire des agressions) dans les sites de Pôle emploi. Mais ce qui est particulièrement dramatique, c’est qu’en moins d’un an il y ait eu plus de dix tentatives de suicides d’agents de Pôle emploi (le dernier en date étant celui d’un agent de Narbonne sur son lieu de travail).

Les opérateurs privés se frottent les mains

Mais le gouvernement n’a que faire de ces constats. Son projet stratégique est clairement libéral car il refait avec Pôle emploi ce qu’il a fait dans d’autres services publics, à savoir affaiblir le service public de l’emploi pour démontrer son inefficacité et ainsi justifier l’appel au privé jugé plus performant. Ainsi, la direction de Pôle emploi vient de passer contrat (pour un montant de 425 millions d’euros sur deux ans) avec des opérateurs privés de placement (Adecco, Manpower, Sodie…) pour le suivi de 320 000 chômeurs. Le gouvernement (et les gestionnaires de l’Unedic) justifient ce choix en précisant que cela soulagera la charge de travail dans Pôle emploi.

Un plan d’urgence s’impose

En réponse à cette orientation libérale de démantèlement du service public la mise en place d’un plan d’urgence, seule réponse appropriée à la situation de crise que nous vivons, s’impose :

– des embauches massives en CDI,

– abroger les circulaires Hortefeux,

– arrêter la polyvalence au rabais des agents,

– abroger la loi du 1er août 2008 et le décret du 13/10/08 sur les « droits » et devoirs des demandeurs d’emploi,

– un moratoire sur le déploiement de la fusion, accompagné d’une réflexion sur la dimension sociale pour se recentrer sur le service rendu aux usagers,

– l’arrêt de la course aux objectifs sans cesse revus à la hausse.

Manu, comité NPA 31 Centre, le 5 octobre 2009



Mise à jour le Mardi, 20 Octobre 2009 13:13
 


Nouveau Parti Anticapitaliste 31 - Mentions légales / Respect de la vie privée

Unable to retrieve Items!