Site national npa2009.org

Agenda fourni par Demosphere Toulouse

Le site npa31.org est prévu pour que chaque comité y insère ses infos.

Contactez la commission web pour obtenir un compte vous permettant de rédiger des articles sur le site.



Vers un nouveau mouvement des chômeurs ? Imprimer Envoyer
Actualité politique - Actualité politique nationale
Lundi, 07 Décembre 2009 18:02

Les manifestations du 5 décembre contre le chômage ont rassemblé des milliers de chômeurs, précaires, sans papiers et tous les salariés qui en font un combat important (5000 à Paris, 300 à Marseille, 200 à Lyon, 500 à Renne, 200 à Bordeaux). Ces manifestations sont notamment l’aboutissement de semaines d’actions, dans plus de 50 villes en France, qui visaient à mobiliser les chômeurs, précaires et salariés en lutte contre les licenciements. Ces actions marquent-elles le renouveau du mouvement des chômeurs et précaires ? C’est en tout cas l’objectif que s’est fixé le Collectif Pour des droits nouveaux lorsqu’en mai, à l’occasion d’assises contre le chômage et la précarité, nous avons avancé l’idée de marches contre le chômage, les précarités et les licenciements. Les actions ont été multiples et ont montré la part d’imagination et d’humour, indispensable à un tel sujet : mur de la précarité à Agen, actions contre la grippe précaire à Paris, occupation pendant plusieurs jours de la mairie de Brest (les multiples actions bretonnes ont d’ailleurs dû faire peur au pouvoir politique qui a violemment réprimé la manifestation pacifique contre le chômage du 5 décembre), occupation de Pole emploi à Toulouse et Montreuil, intervention à la CAF de Tours, à la CPAM à Bordeaux, à EDF à Toulouse, occupation d’agences d’intérim, invasion de l’entreprise Altedia à Paris, et encore de multiples autres actions. Notons par exemple les piquets de mobilisation devant un quartier de Toulon, symbole à l’exemple des Piqueteros argentins d’une reprise de pouvoir sur la rue. Reconnaissons-le, ces actions ont créé l’évènement (c’est surtout le presse et la télévision locale qui a rendu compte de ces actions), elles ont souvent été l’occasion de débats avec les chômeurs et précaires mais n’ont pas (encore) permis aux chômeurs et précaires de se mobiliser eux-mêmes. Ce rassemblement et renouvellement de forces militantes se veut être la première phase d’un mouvement qui reste à reconstruire. Sa force est la volonté d’être présents dans le plus possible de villes, de façon régulière. Il souffre pourtant du décalage entre les provinces et Paris, largement moins mobilisé, ce qui le rend moins lisible au monde politique qui reste parisien. Il subit aussi, malgré l’éventail très large des soutiens (Solidaires, FSU, PdG, PCF, NPA etc),  la faiblesse des structures militantes dans de nombreuses villes. Sauf pour AC ! qui a été une des forces structurantes du mouvement, la jonction avec les anciennes structures militantes contre le chômage ne s’est faite que localement (CGT Chomeurs, MNCP, plus rarement APEIS). L'élargissement vers les jeunes, confrontés à la précarité, ne s'est pas (encore) fait.

Ce nouveau mouvement trouve sa dynamique dans le rassemblement des générations : anciens militants d’AC ! toujours révoltés et au fait des réseaux militants, jeunes militants précaires appportant leur énergie pour de nouvelles formes d’actions, salariés confrontés aux licenciements. A ce titre la présence de Xavier Mathieu, leader de Continental, à la manifestation du 5 décembre « comme nouveau chômeurs" n’est pas anodine.

Ces actions ont su soulever localement, des situations individuelles (les indus par exemple, remboursements de trop perçus que les chômeurs ne peuvent rendre) et collectives (accueil dans les Pôles Emploi, 3949…) inadmissibles, qu’il faudra résoudre. Elles ont aussi porté des questions sociales, telles que les discriminations à l’embauche, la nécessité de lois pour défendre les chômeurs dont les droits sont bafoués, la nécessité de lier l’opposition aux licenciements, les multiples précarités (soins, papiers, logement …) qui se combinent pour exclure toujours plus de gens. Il se construit plutôt dans une logique de mouvement, sur une question de société, tout en avançant de nombreuses revendications précises. Ces questions ne sont pas résolues, le Collectif droits nouveaux appelle à continuer la résistance, notamment par les actions « fin de mois » au moment de l’annonce des chiffres du chômage et pour des droits nouveaux. Et à continuer à structurer un véritable mouvement contre le chômage et pour des droits nouveaux pour les combats à venir.

Mise à jour le Dimanche, 13 Décembre 2009 00:23
 


Nouveau Parti Anticapitaliste 31 - Mentions légales / Respect de la vie privée

Unable to retrieve Items!