Site national npa2009.org

Agenda fourni par Demosphere Toulouse

Le site npa31.org est prévu pour que chaque comité y insère ses infos.

Contactez la commission web pour obtenir un compte vous permettant de rédiger des articles sur le site.



Pour les libertés syndicales et le droit de grève dans les industries électriques et gazières Imprimer Envoyer
Actualité politique - Actualité politique nationale
Jeudi, 29 Octobre 2009 12:56

Nous publions (pièces jointes) deux Flash Luttes de la CGT Mines-Energie qui fait le point sur la répression contre les grévistes du printemps, dont quatre licenciements, et sur les actions des gaziers et électriciens pour contraindre leurs directions à annuler les procédures, dont l'accompagnement quotidien des licenciés sur leur poste de travail et la mise sous contrôle ouvrier du site de Basso-Cambo.

Le secrétariat de la Commission d'intervention sur les lieux de travail du NPA 31 appelle toutes et tous les travailleurs de la région à exprimer leur solidarité avec les sanctionnés : pétitions, délégations, arrêts de travail doivent être mis en débat dans les entreprises.

Toulouse, le 29 octobre 2009

P.-S. (02/11/09) : Nous publions également, ci-dessous, un article de la correspondante Energie du NPA 31. Destiné à l'origine au prochain numéro de Tout est à nous !, il restera « local », faisant double emploi avec l'article « eRDF-GrDF, assez de sanctions ! » de la branche nationale Energie du NPA publié dans le numéro 28, du 29 octobre 2009, page 4. Merci de le lire et de le faire connaître autour de vous…

Les hasards du calendrier ont voulu que le conflit du printemps 2009 célèbre de façon grandiose les premières coupures de courant qui s’étaient produites en 1909 en région parisienne. Cent ans déjà ! Dans le conflit qu’ont mené les gaziers et électriciens de Midi-Pyrénées au printemps 2009, l’utilisation de l’outil de travail comme moyen de pression a été d’un bout à l’autre au cœur de la mobilisation. Un moyen de pression qui a contribué au succès de ce conflit. L’enjeu, l’externalisation des métiers techniques, était en effet de taille et les électriciens et gaziers ont non seulement réussi à faire capoter le projet mais encore gagné une centaine d’emplois. Il ne s’agissait pas d’une simple réorganisation de l’entreprise mais d’une étape importante vers sa privatisation totale. Et les actionnaires sont pressés… D’ailleurs, après les interventions du gouvernement réclamant des sanctions, par la voix de Fillon puis de Hortefeux, les actionnaires n’ont pas hésité à en rajouter à leur tour. Il fallait donc frapper fort pour faire un exemple. Un exemple pour dissuader les salariés à l’avenir, un exemple pour rassurer les actionnaires.

Quatre licenciements, des dizaines de mise à pied, une rétrogradation, etc.

Les dossiers sont vides. La direction a pu voter en interne les licenciements tout en sachant qu’aux prud’hommes elle serait battue. L’essentiel était pour elle de gagner du temps (des années sans doute) et surtout d’indiquer aux salariés le prix à payer pour le simple fait d’utiliser un droit constitutionnel, le droit de grève. Une salariée de la CGT, Samira, d’un centre d’appel dépannage gaz, sera rétrogradée (-10 % sur le salaire) et mutée pour le simple fait d’avoir fait grève alors que son chef immédiat s’y opposait au nom d’un service minimum transformé en service maximum ! Elle était seule gréviste, le service public n’était donc pas en danger mais son manager avait quand même refusé sa déclaration de grève. La salariée est sanctionnée pour « refus d’obéissance ». Incroyable ! Et son collègue Rodolphe, du même plateau, pour des faits strictement identiques est, lui, licencié !!! Jean, Rodolphe, Didier et Laurent sont tous licenciés.

Malgré la répression, la lutte continue

Le coup de massue que veut infliger la direction aux salariés ne fonctionne pas. La CGT Midi-Pyrénées a appelé les gaziers et électriciens à une grève reconductible, dès le 22 octobre, service par service et occupation du centre EdF de Basso-Cambo. Dans le cadre de cette occupation, d’autres actions sont menées par les gaziers et électriciens en grève. Le but de ce mode d’action est d’éviter que les salariés ne s’épuisent financièrement : la grève du printemps a été longue et la bataille qui s’annonce le sera tout autant. La direction, fidèle à sa compréhension du monde du travail, a multiplié les provocations, huissiers, vigiles, lettres de menaces précisant qu’un salarié sur un piquet de grève est forcément bourré, présence des casqués le 22 octobre et course poursuite avec des salariés suspectés d’avoir procédé à des délestages.

Un comité de soutien est en place

Tout le monde a conscience que le bras de fer engagé entre les salariés et la direction se gagnera par une mobilisation combinée des gaziers et électriciens et de la population, des élus et de toutes les forces du mouvement social. A l'initiative du NPA 31, Alternative libertaire, Parti de Gauche et Lutte ouvrière ont signé un communiqué commun le 9 juillet, dès les premières procédures disciplinaires. De leur côté, PS et PCF notamment se sont également mobilisés.

Aujourd’hui, sur proposition de la CGT et à l’initiative de la Ligue des Droits de l’Homme, un comité de soutien très large s’est mis en place. Il comprend, outre des organisations syndicales et des partis politiques de gauche, y compris leurs porte-parole nationaux, de nombreuses associations et de très nombreux élus PS, PC et Verts. Le NPA y prend toute sa place.

Il faut maintenant passer à des actions concrètes unitaires pour faire reculer la direction, pour imposer le retour dans l’entreprise de Jean, Rodolphe, Didier et Laurent licenciés, pour lever les sanctions de Samira et des autres, pour faire respecter les libertés syndicales et le droit de grève.

Correspondante Energie NPA 31,
Toulouse, le 29 octobre 2009
Pièce-jointe:
Téléchargez ce fichier (Infos Lutte 7äme jour.pdf)Infos Lutte 7äme jour.pdf[ ]2717 Kb
Téléchargez ce fichier (Infos Lutte 8ème jour.pdf)Infos Lutte 8ème jour.pdf[ ]1838 Kb
Mise à jour le Vendredi, 11 Décembre 2009 16:01
 


Nouveau Parti Anticapitaliste 31 - Mentions légales / Respect de la vie privée

Unable to retrieve Items!