Site national npa2009.org

Agenda fourni par Demosphere Toulouse

Le site npa31.org est prévu pour que chaque comité y insère ses infos.

Contactez la commission web pour obtenir un compte vous permettant de rédiger des articles sur le site.



Sanofi Toulouse : 9e « jeudi de la colère » réussi Imprimer Envoyer
Actualité politique - Actualité politique locale
Jeudi, 06 Septembre 2012 22:09

SanofiPyramideNouvelle mobilisation réussie, ce jeudi 6 septembre, pour leur 9e « jeudi de la colère », des « Sanofi » Toulouse dont la détermination à maintenir leur site historique de recherche pharmaceutique ne se dément pas. Et, même, se radicalise. Cette fois-ci, c'est à 400 qu'ils et elles (les travailleuses sont majoritaires dans l'entreprise) ont bloqué pendant une demi-heure la route d'Espagne qui dessert leur entreprise, brandissant leur banderole devenue emblématique « Du caviar pour les actionnaires, le placard pour les salariés » et érigeant sur le terre-plein une pyramide de boîtes vides de médicaments estampillées « Sanofi Aventis » (photo). Manière de rappeler aux actionnaires de l'entreprise et à la population que les plus beaux édifices industriels se construisent grâce aux compétences, au savoir-faire des producteurs, ici des équipes de chercheur-se-s, de biologistes, de chimistes, de laborantins et d'administratif-ve-s fortes de dizaines d'années d'expérience professionnelle au service de la santé de la population. Traditionnel, leur « haka de la colère », qui se conclut par un « Viebacher, Zéhrouni, schlach » accompagné du geste sans équivoque d'une main tendue passant le travers de la gorge, s'est doublé, cette fois-ci, d'une comptine de lutte à la mélodie aigre-douce. Extrait :

« Le Viebhacher, et Zéhrouni sont les plus gros menteurs tricheurs de Sanofi !
La Boétie, c'est à Paris. C'est le repère des gros patrons de $anofric.
Les Sanofi, les Sanofi, dans le Midi, c'est la colère qui nous unit !
On reste ici, pas à Paris. Car Sanofi, dans le Midi, c'est pas fini ! »

Cette colère des salarié-e-s « qui les unit » – présente dans toutes les têtes et tous les cœurs –, les délégués du personnel, convoqués pour leur réunion ordinaire, ce jour à 13 h 30, sont allés la livrer brut de décoffrage aux dirigeants du site, les accusant de créer de toutes pièces désarroi et stress parmi le personnel. C'est que la direction de Sanofi se garde bien d'annoncer clairement la couleur. La date de convocation du comité central d'entreprise, où elle a l'obligation légale de présenter ses choix stratégiques aux représentants des salariés, n'est toujours pas officielle. La rumeur circule qui évoque le 24 ou le 30 septembre. Laisser mariner dans l'incertitude de leur destin les salariés de Toulouse et Montpellier après leur document du 5 juillet évoquant l'impéritie de ces deux sites et la concentration des activités du groupe en France sur Paris, Strasbourg et particulièrement Lyon (« pôle d'excellence mondial » de la recherche pharmaceutique, insiste ledit document) est une stratégie bien connue des patrons licencieurs qui vise à désamorcer la volonté de se battre.

Peine perdue pour la direction. En discussion depuis une quinzaine de jours parmi les salarié-e-s et leur intersyndicale (CFDT - CGT - CFE/CGC - SUD CHIMIE - CGT-FO), ils et elles veulent frapper un grand coup pour leur 10e « jeudi de la colère », jeudi prochain, 13 septembre. Rassemblement de masse place du Capitole à Toulouse ou sur le site, les avis étaient partagés. L'assemblée générale des « Sanofi » Toulouse du 6 septembre a tranché : ce sera un rassemblement sur le site, 195, route d'Espagne. Histoire de montrer à leurs dirigeants nationaux et locaux qu'ils y sont chez eux. Ce qui est acquis, c'est que les « Sanofi » des sites de Montpellier (deux bus ont été réservés), de Sisteron (Alpes-de-Haute-Provence), de Vitry (Val-de-Marne) et d'Ambarès (près de Bordeaux) seront de la partie. Reste à convaincre les « Sanofi » de Lyon, de Paris et Strasbourg à s'y mettre aussi, qui n'ont rien à gagner à laisser leurs dirigeants jouer sur la rivalité entre les sites. Passés maîtres ès-restructurations, fusions, regroupements, délocalisations, ceux-ci n'hésiteront pas un seul instant à brader demain Lyon, Paris et Strasbourg, comme ils ont bradé Milan il y a deux ans, dès lors qu'ailleurs, en France, en Europe ou dans le monde, ils auront trouvé des Etats et des collectivités territoriales mieux-disantes en matière de dumping social et fiscal…

Acquise aussi, la solidarité des organisations syndicales de la place toulousaine, l'Union départementale CGT particulièrement qui appelle à une action départementale « pendant la pause méridienne » autour des sections syndicales CGT des entreprises frappées par des plans de licenciements (outre Sanofi, Air France, Thales, FRAM…) qui ont décidé de s'organiser en « coordination de lutte » et seront présentes le 13 au rassemblement des « Sanofi » avec de fortes délégations. Reste à acquérir un appui inconditionnel aux « Sanofi » pour le maintien de tous les sites et « zéro licenciement » des partis de gauche de la Haute-Garonne. Par courriel, le NPA 31 leur a proposé une rencontre lundi 10 pour « discuter d’une réponse et d’une action communes ».

Correspondant NPA 31,
le jeudi 6 septembre

Pour en savoir plus sur la lutte des Sanofi :
http://www.scoop.it/t/les-sanofi
Pour signer la pétition :
Pour envoyer des messages de soutien :
Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
Pièce-jointe:
Téléchargez ce fichier (TractSanofiNPA31et34-Version8.pdf)TractSanofiNPA31et34-Version8.pdf[ ]69 Kb
Mise à jour le Vendredi, 07 Septembre 2012 15:47
 


Nouveau Parti Anticapitaliste 31 - Mentions légales / Respect de la vie privée

Unable to retrieve Items!