Site national npa2009.org

Agenda fourni par Demosphere Toulouse

Le site npa31.org est prévu pour que chaque comité y insère ses infos.

Contactez la commission web pour obtenir un compte vous permettant de rédiger des articles sur le site.



Le scandale des dépassements d'honoraires des praticiens toulousains Imprimer Envoyer
Actualité politique - Actualité politique locale
Dimanche, 09 Novembre 2008 17:45

Source : La Dépèche - http://www.ladepeche.fr/article/2008/10/15/481733-Le-scandale-des-depassements-d-honoraires-des-praticiens-toulousains.html

Légales mais devenues excessives, ces pratiques remettent en cause, selon le syndicat Sud, le principe même de la gratuité des soins

«La pratique du dépassement d'honoraires, c'est, pour les patients, une véritable prise d'otage », sont venus dire les militants de Sud-Solidaires, hier à la porte de la clinique Saint-Nicolas, à Saint-Cyprien. Un établissement parmi d'autres, car, en réalité, explose un infirmier, « ce système se répand partout, y compris au sein de l'hôpital public ». À tel point qu'une récente enquête de l'Igas (Inspection générale des affaires sociales), estimait à 2 milliards l'an passé le volume financier des dépassements. En précisant que 8 chirurgiens sur 10 les appliquent, et que 39 % des patients interrogés ont été confrontés à ce type d'exigence.

Certes, rien d'illégal dans ces sommes régulièrement demandés aux malades, en sus du taux de remboursement de la Sécurité sociale (et donc non remboursées). Le très officiel Code de déontologie médicale l'a même intégré comme une pratique admise. En espérant que « les mutuelles assurent », et en demandant simplement que « ces honoraires soient déterminés avec tact et mesure ». Mais les témoignages qui se sont succédé, hier, au micro des syndicalistes montrent que la fameuse « mesure » est aujourd'hui largement dépassée.

Avec une quasi-tarification officieuse : 450 euros en sus pour une prothèse de hanche, 200 pour chaque œil devant être opéré de la cataracte, 100 pour une coloscopie, 800 pour une coronographie… Et une patiente en chaise roulante est même venue raconter comment, pour une intervention sur des tendons arrachés normalement facturée 70 euros, son médecin a annoncé un dépassement de… 400 euros. « Difficile de dire non quand on est au pied du mur », consent la malade. Et c'est bien cette « contrainte » que dénoncent les syndicats. « C'est là le résultat d'une politique concertée qui, en laissant filer, met en place une santé à deux vitesses ». Et plus encore : « on habitue peu à peu les gens à payer pour être soigné, ce qui conduit à remettre totalement en cause les principes même de notre système de santé ».


Les chirurgiens souhaitent « clarté et transparence »

Philippe Cuq, président de l'Union des chirurgiens de France (UCDF), ne nie pas la dérive d'un système, issu selon lui du « désengagement de la Sécu et des organismes de couverture individuelle ». Et le praticien ne cache pas « si des excès sont commis, il faut les sanctionner ». Mais plus au fond, les chirurgiens viennent de proposer à leur tutelle et aux élus la mise en place d'un « contrat d'exercice chirurgical », basé sur un nouveau mode d'intervention et de rémunération, « clair et transparent », destiné à résoudre le problème.

 

Mise à jour le Dimanche, 09 Novembre 2008 17:47
 


Nouveau Parti Anticapitaliste 31 - Mentions légales / Respect de la vie privée

Unable to retrieve Items!