Agenda fourni par Demosphere Toulouse

Le site npa31.org est prévu pour que chaque comité y insère ses infos.

Contactez la commission web pour obtenir un compte vous permettant de rédiger des articles sur le site.



Journal de la CILT NPA 31 - Juillet 2009 - Universite et Recherche Ce n'est qu'un debut, continuons le combat ! Imprimer Envoyer
Actualité politique - Actualité politique locale
Mercredi, 01 Juillet 2009 21:46
Index de l'article
Journal de la CILT NPA 31 - Juillet 2009
Editorial
Automobile, la fin d'un cycle. Quelles réponses anticapitalistes ?
eRDF-GrDF : tous ensemble contre la repression !
La SNCF à la découpe...
Aucune sanction disciplinaire pour Alain Refalo
Non à la privatisation de La Poste !
Université et Recherche Ce n’est qu'un début, continuons le combat !
Toutes les pages

 


Université et Recherche

Ce n’est qu’un début, continuons le combat !

 

Une mobilisation historique

greve-universite-paul-sabatier

La mobilisation des personnels des universités et de la recherche publique, qui a pris corps avec la première coordination nationale des universités (CNU) le 22 janvier, est historique à plusieurs points de vue. Tout d’abord par sa durée, quinze semaines, où les personnels n’ont pas désarmé et ont essayé d’élaborer une stratégie pour gagner. Ensuite par l’unité entre les différentes catégories BIATOSS, recherche, enseignants ou étudiants… Mais aussi par la force des revendications qui rapidement sont passés d’une simple demande de retrait d’un décret catégoriel à la remise en cause de la LRU (« loi relative aux libertés et responsabilités des universités » sic), à la réflexion de quelle université nous voulons, nous, les premiers concernés. Enfin le niveau d’auto-organisation a été très élevé, avec des assemblées générales souveraines qui ont décidé des rythmes, de la stratégie des objectifs de la mobilisation, avec une CNU qui a regroupé plus de 70 universités et a été une véritable direction pour la mobilisation, ce qui a imposé aux principales directions syndicales (FSU, SUD, CGT) à la reconnaître comme telle.

Une première bataille qui en appelle d’autres

Pendant quatre mois, manifs, cours alternatifs en centre ville, actions de blocages ou actions symboliques, rétentions de notes et blocages administratifs, suspension des cours, « ronde des obstinés » se sont succédé. Nous nous sommes battus, et continuerons à nous battre, pour des créations massives d’emplois statutaires, pour le retrait du décret modifiant le statut des enseignants-chercheurs, contre le démantèlement du CNRS, contre la réforme de la formation des maîtres (« mastérisation »). Au-delà, c’est tout le projet de la bourgeoisie pour l’université et la recherche qui a été combattu : soumission de la recherche aux intérêts privés, adaptation des formations aux besoins immédiats du patronat, déqualification des diplômes pour précariser les travailleurs en formation que sont les étudiants, augmentation de la sélections sociale... Dans un milieu qui a toujours su résister aux attaques anti-sociales, nous avons obligé le gouvernement Fillon-Pécresse à manœuvrer, à faire croire à des retraits ou réécritures. Mais au final la gueule de bois peut paraître importante : nous avons obtenu le report du projet de « mastérisation » et la sauvegarde de quelques postes. En même temps, sans résistance, le gouvernement aurait sûrement été beaucoup plus loin ! Nous devrons continuer à lutter dans les mois et les années qui viennent !

Intervenir politiquement dans une grève, premier test pour les militants du NPA

La bataille qui vient de nous animer est loin d’être finie. Ce n’était qu’une étape dans le projet d’ensemble du patronat pour l’université et la recherche et nous devons dès à présent préparer la suite. Tirer les leçons de cette grève, conserver les acquis et corriger les faiblesses pour être plus forts la prochaine fois. Pour cela nous devons nous organiser sur la durée. Que ce soit syndicalement et/ou dans des organisations politiques qui s’affrontent dans les luttes au gouvernement. Le comité NPA Personnels du campus de Rangueil a joué un rôle actif dans la mobilisation qui vient de se dérouler : défense de l’auto-organisation et de la démocratie dans le mouvement (AG et mise en place d’un comité de lutte), de l’unité inter-catégorielle dans l’université, de la nécessité de faire converger l’ensemble des résistances atomisées dans un mouvement de grève générale de l’ensemble des jeunes et des travailleurs. Nous avons fait la démonstration, à notre échelle, de l’utilité d’un comité NPA sur un lieu de travail. Même si elles sont indispensables, les organisations syndicales ne peuvent être suffisantes. Beaucoup de décisions du mouvement se sont prises contre l’avis, non pas des syndiqués, mais de leurs directions, qui trop souvent étaient un train en retard. En effet, les directions bureaucratiques ont systématiquement boycotté les comités de grève du campus de Rangueil, ont freiné sur les revendications, ont entretenu parfois les divisions corporatistes entre les différentes catégories de personnels et n’ont jamais voulu créer de liens avec les autres secteurs vers un mouvement d’ensemble. Il ne s’agit pas de jeter la pierre à l’ensemble des dirigeants syndicaux, et encore moins aux syndiqués dont nous faisons partis, mais de comprendre que dans un mouvement différentes orientations s’affrontent. S’organiser indépendamment des directions syndicales c’est aussi être en mesure de proposer une orientation alternative pour un débouché victorieux de la lutte !

Vers la grève générale !

Pour finir, les tâches de la prochaine période sont importantes. Il faudra continuer à se battre pour une université et une recherche publiques et de qualité. Pour la création de postes statutaires, contre la précarité, contre le démantèlement des organismes de recherche et pour une recherche indépendante des intérêts privés, contre la sélection sociale, pour des diplômes de qualité… Pour cela, l’unité des organisations syndicales et politiques, pour la mobilisation et la défense de nos acquis et du service public, sera indispensable. Il nous faudra aussi être plus forts dans la prochaine période et avoir conscience que nous ne pourrons obtenir satisfaction qu’en se liant à l’ensemble des secteurs du monde du travail vers la grève générale, seule à même d’imposer et de construire la société que nous voulons !

 

Sylvain,

comité NPA Personnels campus Rangueil

Toulouse, le 29 juin 2009

 

 

Pièce-jointe:
Téléchargez ce fichier (JournalCILT-Site.pdf)JournalCILT-Site.pdf[ ]352 Kb


Mise à jour le Jeudi, 02 Juillet 2009 19:11
 


Nouveau Parti Anticapitaliste 31 - Mentions légales / Respect de la vie privée

Unable to retrieve Items!