Agenda fourni par Demosphere Toulouse

Le site npa31.org est prévu pour que chaque comité y insère ses infos.

Contactez la commission web pour obtenir un compte vous permettant de rédiger des articles sur le site.



Actualité politique internationale
Urgence Solidarité Kobanê / Rassemblement et manifestation samedi 18 octobre Imprimer Envoyer
Actualité politique - Actualité politique internationale
Mercredi, 15 Octobre 2014 16:40

Solidarité avec les combattant-e-s de la liberté de Kobanê

lourdement attaquée par Daesh

Depuis le 15 septembre, les terroristes de l’Etat islamique (EI, ou Daesh en arabe) lancent des offensives sur trois fronts contre le canton de Kobanê, au Kurdistan de Syrie, utilisant des armes lourdes saisies en Irak et en Syrie, et soutenus par la Turquie qui leur apporte une large aide militaire, politique et logistique. Des dizaines de milliers de civils contraints de fuir devant l'invasion de Daesh sont amassés le long de la frontière entre la Turquie et la Syrie, et pris en étau entre les djihadistes de Daesh et l'armée turque qui réprime violemment les manifestations de soutien aux réfugiés.

En totale contradiction avec sa participation à la « coalition internationale contre Daesh », la Turquie bombarde les positions des combattants kurdes. Avec son projet de création d'une zone tampon placée sous son autorité, la Turquie poursuit l'objectif d'occuper le Rojava (Ouest-Kurdistan, nord de la Syrie) en le vidant de sa population kurde et en en détruisant l'administration autonome. Cette administration établie démocratiquement par la population a permis jusqu'à présent, grâce à un système d'autodéfense, de préserver la paix dans la région et de protéger les différentes communautés ethniques et religieuses contre les forces du régime et, surtout, contre les gangs de Daesh.

Depuis le 15 septembre, les forces d'autodéfense (YPG-YPJ) de Kobanê résistent avec acharnement à l'invasion des terroristes de Daesh, sous le regard indifférent de la communauté internationale. Il y a tout juste un mois, ces hordes de barbares ont violemment attaqué la région de Shengal (Sinjar) et commis de nombreuses exactions à l'encontre de sa population, majoritairement kurde yézidie. Avançant sur Kobanê avec une artillerie lourde et sophistiquée, les gangs de Daesh sont aujourd'hui dans les quartiers périphériques de la ville et menacent la vie de centaines de milliers de civils. Les forces d'autodéfense aidées par la population continuent à résister avec détermination mais n'ont pas suffisamment d'armes pour arrêter l’avancée des gangs djihadistes.

Malgré leurs appels urgents et incessants à la « coalition internationale contre Daesh », les Kurdes n'ont reçu aucune aide militaire. Aucune mesure n'a été prise par cette coalition en faveur de la population civile, et ce malgré les violences et les atrocités commises par les gangs terroristes. Jusqu'à présent, les frappes effectuées par la coalition n'ont pas été efficaces, faute de coordination avec les forces kurdes sur le terrain. L'inaction coupable de la communauté internationale met la population de Kobanê face à un danger imminent de génocide. En totale contradiction, Hollande demande à la Turquie la création d’un corridor pour apporter une aide humanitaire et militaire aux combattants de Kobanê, mais soutient son projet d’une zone tampon sous son contrôle.

Le peuple kurde continuera à se défendre face aux assauts de Daesh, comme il l’a toujours fait jusqu’à aujourd’hui. En luttant contre ces bandits, les Kurdes défendent les valeurs universelles de la dignité humaine et de la démocratie.

Afin d'empêcher une nouvelle tragédie humaine et afin de freiner l'avancée de Daesh, nous demandons d'urgence à la communauté internationale, à la France en particulier :

– de fournir immédiatement aux forces des YPG et des YPJ des moyens de défense adéquats pour leur permettre de résister contre Daesh ;

– d'apporter une aide humanitaire aux réfugiés qui ont dû fuir Kobanê.

La résistance de Kobanê est une résistance pour l'humanité et la dignité !

Si nous n'agissons pas aujourd'hui pour soutenir la résistance contre Daesh,

demain il sera trop tard !

La Maison Franco-Kurde Midi-Pyrénées et le Collectif Urgence Solidarité Kobanê - Soutien au Peuple Kurde (AL, CSR, EELV, Ensemble, EPK 81, FSU 31, Marche des Femmes, Mouvement de la Paix, Nouveau Centre 82, NPA, PCF, PG) appellent la population toulousaine à :

rassemblement, 16 h, et manifestation, 17 h 30

samedi 18 octobre, place du Capitole

Contact et soutien financier : Association Alévi Démocratique de Toulouse, 9, avenue de Toulouse, Centre commercial Loubet, 31240 L'Union

Pièce-jointe:
Téléchargez ce fichier (MFKMP-ManifToulouse-2014-10-18.pdf)MFKMP-ManifToulouse-2014-10-18.pdf[ ]56 Kb
 
Pétition / Solidarité avec les Palestiniens : pour l'abandon des poursuites Imprimer Envoyer
Actualité politique - Actualité politique internationale
Vendredi, 10 Octobre 2014 00:12

Cet été, l’État d’Israël a conduit une nouvelle offensive meurtrière contre la bande de Gaza. Le bilan de 50 jours de bombardements et d’opérations terrestres est édifiant : près de 2 200 morts, 11 000 blessés, des dizaines de milliers de bâtiments partiellement ou totalement détruits, plus de 500 000 déplacés (soit 30 % de la population), etc.

Révoltés par cette agression, mais aussi par la position des autorités françaises qui ont, dans les premiers jours de l’offensive, déclaré leur soutien à l’État d’Israël avant d’essayer en vain de corriger le tir en dénonçant timidement la violence des bombardements, des dizaines de milliers de personnes ont manifesté, à de multiples reprises, dans de nombreuses villes de France.

Le gouvernement Hollande-Valls, soucieux de ne pas fâcher le pouvoir israélien et inquiet de constater le développement de la mobilisation malgré la période estivale, a alors entrepris de s’attaquer frontalement à celle-ci. Il n’a pas hésité à pratiquer de scandaleux amalgames et à laisser entendre que la solidarité avec les Palestiniens portait en elle l’antisémitisme. Puis, comme cela ne suffisait pas, les autorités ont décidé d’interdire certaines manifestations, notamment à Paris.

Nous avons été nombreux à protester contre ces interdictions, une atteinte grave, au nom de prétextes fallacieux, aux droits élémentaires et aux libertés fondamentales. Nous avons été d’autant plus révoltés d’apprendre qu’Alain Pojolat, membre du NPA, qui était en contact, au nom de nombreuses organisations, avec la Préfecture pour les manifestations parisiennes, était convoqué par la justice le 22 octobre prochain sous prétexte d'avoir organisé des « manifestations illégales ».

Nous exigeons que les poursuites contre Alain Pojolat soient immédiatement levées : manifester est un droit et même, dans certaines circonstances, un devoir, et il est scandaleux que quiconque puisse être condamné pour avoir voulu exercer ce droit.

Nous demandons en outre que les poursuites contre celles et ceux qui ont participé ou organisé les manifestations de cet été, ou qui s’investissent dans la campagne de boycott d’Israël, soient abandonnées, et exigeons l’abrogation de la circulaire Alliot-Marie qui criminalise le boycott.

La solidarité est un droit, pas un délit !

Le lien pour signer la pétition : http://www.petitions24.net/solidarite_avec_les_palestiniens

Pièce-jointe:
Téléchargez ce fichier (AppelContreRépressionPojolat.pdf)AppelContreRépressionPojolat.pdf[ ]86 Kb
 
Kobanê / Communiqué du NPA Imprimer Envoyer
Actualité politique - Actualité politique internationale
Jeudi, 09 Octobre 2014 23:43

Appel à manifester en solidarité avec le peuple kurde

La population kurde de Kobanê et de sa région résiste héroïquement depuis des semaines avec des armes légères aux assauts des djihadistes de l'Etat islamique (EI), qui disposent de tanks et d'armes lourdes. Les forces armées kurdes du YPG et du PKK ont été les premières à secourir les Yezidis et les Chrétiens en Irak victimes de l'EI, pourtant personne ne vient à leur secours. Hollande se permet d'approuver la proposition de dernière minute du président turc Erdogan de créer une pseudo zone tampon à sa frontière, ce qui revient à préparer dès maintenant l'annexion de cette zone,  Rojava  (Ouest-Kurdistan, nord de la Syrie), dès que l'EI aura fini de massacrer la population kurde, alors même que le gouvernement d'Erdogan réprime et tue les manifestants kurdes en Turquie.

Nous ne pouvons pas laisser faire sans réagir. Opposés aux catastrophiques interventions des armées des grandes puissances dans la région qui ne visent en rien à aider les populations, nous apportons notre soutien à la résistance des forces progressistes locales. Nous exigeons  le retrait immédiat du PKK et du YPG de la liste des organisations terroristes, que les USA comme l'Union européenne répondent à leur demande d'aide matérielle, en particulier en armes, pour leur permettre de repousser l'EI, et l'accueil des réfugiés.

Nous nous joindrons aux associations kurdes samedi 11 octobre à 15 h à Paris place de la République, place du Capitole à Toulouse, et partout en France pour manifester sur ces mots d'ordre.

Montreuil et Toulouse, le 9 octobre 2014

 
Appel du Comité démocratique kurde de France (CDKF) Imprimer Envoyer
Actualité politique - Actualité politique internationale
Jeudi, 09 Octobre 2014 13:57

Massacre imminent à Kobanê lourdement attaquée par Daesh

Depuis le 15 septembre, les terroristes de l’Etat islamique (EI ou Daesh en arabe) lancent des offensives sur trois fronts contre le canton de Kobanê, au Kurdistan de Syrie, utilisant des armes lourdes saisies en Irak et en Syrie, et soutenus par la Turquie qui leur apporte une large aide militaire, politique et logistique.

Des dizaines de milliers de civils contraints de fuir devant l'invasion de l'EI sont amassés le long de la frontière entre la Turquie et la Syrie, et pris en étau entre les djihadistes de Daesh et l'armée turque qui réprime violemment les manifestations de soutien aux réfugiés. Conditionnant son entrée dans la « coalition internationale contre l'EI » à la création d'une zone tampon placée sous son autorité, la Turquie poursuit l'objectif d'occuper le Rojava (Ouest-Kurdistan, nord de la Syrie) en le vidant de sa population kurde et en en détruisant l'administration autonome. Cette administration établie démocratiquement par la population a permis jusqu'à présent, grâce à un système d'autodéfense, de préserver la paix dans la région et de protéger les différentes communautés ethniques et religieuses contre les forces du régime et, surtout, contre les gangs de l'EI.

Depuis le 15 septembre, les forces d'autodéfense (YPG-YPJ) de Kobanê résistent avec acharnement à l'invasion des terroristes de l'EI, sous le regard indifférent de la communauté internationale. Il y a tout juste un mois, ces hordes de barbares ont violemment attaqué la région de Shengal (Sinjar) et commis de nombreuses exactions à l'encontre de sa population, majoritairement kurde yézidie. Avançant sur Kobanê avec une artillerie lourde et sophistiquée, les gangs de l'EI sont aujourd'hui dans les quartiers périphériques de la ville et menacent la vie de centaines de milliers de civils. Les forces d'autodéfense aidées par la population continuent à résister avec détermination mais n'ont pas suffisamment d'armes pour arrêter l’avancée des gangs djihadistes.

Malgré leurs appels urgents et incessants à la « coalition internationale contre l'EI », les Kurdes n'ont reçu aucune aide militaire. Aucune mesure n'a été prise par cette coalition en faveur de la population civile, et ce malgré les violences et les atrocités commises par les gangs terroristes. Jusqu'à présent, les frappes effectuées par la coalition n'ont pas été efficaces, faute de coordination avec les forces kurdes sur le terrain. L'inaction coupable de la communauté internationale met la population de Kobanê face à un danger imminent de génocide.

Le peuple kurde continuera à se défendre face aux assauts de l’EI, comme il l’a toujours fait jusqu’à aujourd’hui. En luttant contre ces bandits, les Kurdes défendent les valeurs universelles de la dignité humaine et de la démocratie.

Afin d'empêcher une nouvelle tragédie humaine et afin de freiner l'avancée de Daesh, nous demandons d'urgence à la communauté internationale, à la France en particulier :

— de fournir immédiatement aux forces des YPG et des YPJ des moyens de défense adéquats pour leur permettre de résister contre l'EI ;

— d'apporter une aide humanitaire aux réfugiés qui ont dû fuir Kobanê.

La résistance de Kobanê est une résistance pour l'humanité et la dignité !

Si nous n'agissons pas aujourd'hui pour soutenir la résistance contre Daesh,

demain il sera trop tard !

 


 
Urgence Kobanê / Appel à manifestation samedi 11 octobre de la Maison franco-kurde Midi-Pyrénées Imprimer Envoyer
Actualité politique - Actualité politique internationale
Jeudi, 09 Octobre 2014 00:38

Les Kurdes sont victimes des attaques terroristes, des intégristes et fascistes de tous bords, notamment de Daesh. Le 5 octobre 2014, Daesh a pénétré depuis l’es dans la ville de Kobanê (une des régions autonomes du Kurdistan syrien, le Rojava) qui résiste depuis 23 jours malgré tous les assauts et les massacres de Daesh, avec des armes lourdes. Les Kurdes ont organisé des manifestations en Turquie pour protester contre Daesh et 14 Kurdes ont été assassinés lors des manifestations le 7 octobre 2014. Nous condamnons la politique de l’État turc.

La Maison franco-kurde Midi-Pyrénées est une association qui représente les Kurdes de la région de Midi-Pyrénées. Notre association voudrait en urgence organiser une manifestation pour condamner les massacres mis en œuvre à l’encontre du peuple kurde au Rojava qui ne sont pas acceptables. Il faut arrêter et éliminer les bandes inhumaines de Daesh qui menacent les valeurs universelles de l’humanité. La Turquie doit arrêter sa politique répressive à l’encontre des Kurdes et faciliter l’aide des Kurdes de Turquie aux combattants des YPG et YPJ.

Nous vous informons par la présente sur le déroulement de la manifestation du samedi 11 octobre 2014 à Toulouse à partir de 15 heures :

• 15 h à 17 h : rassemblement, prises de parole, distribution des tracts et préparation du défilé sur la place du Capitole.

• 17 h 30 à 18 h 15 : défilé avec voiture et sonorisation sur l’itinéraire suivant : Capitole, rue Lafayette, rue d’Alsace-Lorraine, rue du Salé, place Victor-Hugo, rue du Rempart-Villeneuve, rue Lafayette, tour de la place Wilson, rue Lapeyrouse, rue du Poids-de-l’Huile, Capitole.

• 18 h 30 à 20 h : rassemblement, sit in et dispersion.

Venez nombreux.

Mise à jour le Jeudi, 09 Octobre 2014 13:31
 
Communiqué du NPA 31 à propos d’un article de «La Dépêche» Imprimer Envoyer
Actualité politique - Actualité politique internationale
Mercredi, 08 Octobre 2014 16:42

Contrairement à ce qu'écrit La Dépêche du 8 octobre (voir l’article ci-dessous), les responsables des associations kurdes avaient reçu l'autorisation de la préfecture, par téléphone, que le rassemblement de 200 personnes autorisé place du Capitole — qui s'était tenu sans incident depuis 13 heures, lors duquel le NPA 31 et l'UDI ont lu leurs messages de soutien aux combattants et combattantes de la liberté et de la démocratie de Kobanê et à la cause kurde en général — se déplace jusqu'à la place Saint-Etienne, où le directeur de cabinet du préfet avait accepté de recevoir une délégation des associations kurdes. Il y avait mis la condition que les « marcheurs » se déplacent sur les trottoirs par groupes de cinq ou six personnes. Mais à peine, les marcheurs étaient-ils regroupés sur les 30 mètres de la rue piétonne Lafayette qui longe le Capitole, alors qu'une cinquantaine de personnes étaient déjà à la hauteur de la poste principale, que le responsable policier sur le terrain a donné l'ordre aux forces de police de bloquer la progression du reste des marcheurs, puis de les gazer et les grenader pour les refouler sur la place du Capitole. D'où « les quelques minutes de tension » dont fait état l’article.

Cette scandaleuse répression policière contre les Kurdes de Toulouse, venant après les propos injurieux tenus par un haut fonctionnaire de la préfecture de Marseille à l'encontre d'une délégation des Kurdes de la ville venue le rencontrer, ne laisse pas de s'interroger sur la politique réelle du gouvernement français, qui prétend combattre politiquement et militairement les fascistes de l'Etat islamique/Daesh, et agresse, en France, les parents et amis de celles et ceux qui sont aux avant-postes de ce combat à Kobanê.

Toulouse, le 9 octobre 2014

L’article de La Dépêche :

Incidents entre les Kurdes et les forces de l'ordre

« Hier un nouveau rassemblement de soutien au peuple kurde a eu lieu place du Capitole. Un rassemblement émaillé d'incidents avec les forces de l'ordre. Cette manifestation qui réunissait environ 200 personnes n'avait pas été déclarée à la préfecture. Une absence d'autorisation qui rendait impossible tout mouvement. Les policiers avaient prévenu mais les manifestants ont voulu passer outre pour “marcher” sur la préfecture. Le service d'ordre a bloqué la progression ce qui a entraîné la colère des manifestants, des jets de chaise et une réplique avec du gaz lacrymogène côté police. Après quelques minutes de très vive tension, le calme est peu à peu revenu. La manifestation s'est disloquée vers 17 heures dans le calme. Secrétaire départemental du PCF, Pierre Lacaze a exprimé son “indignation” et sa “colère” après ce qu'il qualifie de “violences policières”. De son côté, le NPA 31 a dénoncé “la scandaleuse répression” contre les Kurdes. »

 
Violences policières contre les Kurdes de Toulouse / Communiqué du NPA 31 Imprimer Envoyer
Actualité politique - Actualité politique internationale
Mardi, 07 Octobre 2014 20:50

Alors que plusieurs centaines de Kurdes, après s'être rassemblés place du Capitole, se dirigeaient pacifiquement vers la préfecture pour demander au gouvernement français d'intervenir pour stopper l'avancée de l'EI / Daesh sur Kobanê, non par des bombardements mais en fournissant des armes aux combattants de cette ville, les forces de police ont agressé la manifestation avec des lacrymogènes.

Le NPA 31, qui était présent à ce rassemblement, dénonce cet acte qui montre le vrai rôle qu'entend jouer le gouvernement, au service de l'impérialisme français : jouer les gendarmes à l'aide de bombardements, tout en refusant de donner au peuple kurde les moyens de se défendre, c'est-à-dire en niant ses droits démocratiques à l'autodétermination.

Le NPA 31 assure les Kurdes de son entière solidarité et continuera à se mobiliser à leurs côtés, autant de fois qu'il sera nécessaire, pour que les combattants et combattantes de Kobanê infligent une défaite à l'EI / Daesh.

Toulouse, le 7 octobre 2014, 16 heures

 
Urgence Kobanê / Déclaration du NPA 31 Imprimer Envoyer
Actualité politique - Actualité politique internationale
Mardi, 07 Octobre 2014 12:30

Cette nuit, à Paris, s'est tenu un rassemblement des Kurdes devant l'Assemblée nationale en soutien à la résistance de leurs frères et sœurs de Kobanê. La porte-parole des associations de solidarité avec la cause kurde et la représentante des Kurdes en Europe, qui s'expriment en français et en anglais, disent bien que les bombardements aériens de la Coalition anti-terroriste des aviations états-unienne et européennes n'ont eu aucune efficacité au sol pour stopper l'avancée des fascistes de l'EI/Daesh. Elles demandent « une aide urgente en armes pour l'armée kurde » sur le terrain.

Le NPA 31 maintient son opposition à la poursuite des bombardements aériens de la Coalition impérialiste, mais, en revanche, soutient la demande du PYD (Parti de l'union démocratique, de Syrie) et du PKK (Parti des travailleurs du Kurdistan, de Turquie) au gouvernement français de fournir un armement efficace aux combattantes et combattants des YPG (unités de protection du peuple) et YPJ (unités de protection des femmes) de Kobanê, des missiles légers anti-char Milan d'une portée de 3 000 mètres, par exemple, conçus pour détruire les blindages des tanks les plus modernes, dont sont équipés les djihadistes de l'EI/Daesh.

Le NPA 31 exige du gouvernement français et de l'Union européenne le retrait du PKK et du PYD de la liste des organisations terroristes de l'Union européenne. En toute logique avec le vote de la résolution 2016 du Parlement européen du 2 octobre qui, en son point 16.4, dit vouloir « encourager et assister, chaque fois que possible, les communautés chrétiennes et d'autres communautés religieuses et ethniques, en particulier les Yazidis et les Kurdes [nous soulignons], à prendre une part active en cours sur l'avenir de l'Irak comme de la Syrie ». Assez de déclarations de principe ! Aux actes !

Le NPA 31 exige du gouvernement français et de l'Union européenne qu'ils exigent du gouvernement Erdogan d'Ankara la libération immédiate des prisonniers kurdes, particulièrement du « leader » du PKK, Abdullah Öcalan. Il condamne le blocage de la frontière turco-syrienne par l'armée turque qui empêche les volontaires kurdes de Turquie de la franchir pour aller prêter main forte à leurs frères et sœurs de Kobanê. Il condamne, par avance, la prétention des dirigeants de la Turquie d'établir un « territoire tampon » à cheval sur la frontière turco-syrienne contrôlé par l'armée turque une fois que l’EI/Daesh aurait fini son sale boulot de nettoyage ethnique au Kurdistan syrien. La collusion du gouvernement islamiste conservateur d'Erdogan avec l’EI/Daesh est une nouvelle fois patente.

Plus généralement, et pour la période à venir, Le NPA 31 assure les Kurdes de son entière solidarité et qu'il se mobilisera à leurs côtés pour qu'enfin la dite « communauté internationale », en clair les gouvernements des grands pays impérialistes et leurs alliés locaux du Moyen-Orient, reconnaissent les droits inaliénables du peuple kurde à l'autodétermination, pour que l’ONU abroge le traité de Lausanne de 1923 qui les a bafoués en morcelant le Kurdistan en quatre territoires contrôlés par les bourgeois annexionnistes d’Ankara, Bagdad, Damas et Téhéran.

Le NPA 31 invite la population toulousaine, ses organisations démocratiques, ouvrières et populaires, partis, syndicats et associations, à se rassembler massivement auprès des Kurdes de Midi-Pyrénées, à manifester à leurs côtés, autant de fois qu’il sera nécessaire, pour que se réalise la promesse des combattantes et combattants de la liberté de Kobanê, que leur ville soit « le Stalingrad de l'EI/Daesh ».

Pièce-jointe:
Téléchargez ce fichier (NPA31-DeclarationKobane-2014-10-07.pdf)NPA31-DeclarationKobane-2014-10-07.pdf[ ]130 Kb
 
Solidarité toulousaine avec la révolution populaire égyptienne Imprimer Envoyer
Actualité politique - Actualité politique internationale
Vendredi, 05 Juillet 2013 08:32

1012856_353956144732937_1310286238_n

Mercredi 4 juillet, 20 h, place du Capitole : Trente-trois Toulousain-e-s (1 pour 1 000 000 d'Egyptien-ne-s), rassemblé-e-s à l'appel d'Alternative Libertaire, de Coup pour Coup 31, du Front Populaire Tunisie (Coordination Sud-Ouest), du NPA et d'OCML-Voie Prolétarienne, ont salué la révolution populaire égyptienne. Leur mot d'ordre :

« Morsi dégage ! L'armée dans ses casernes ! Place au peuple égyptien ! »

Mise à jour le Lundi, 08 Juillet 2013 15:07
 
Les féministes disent non aux agressions sexistes Imprimer Envoyer
Actualité politique - Actualité politique internationale
Vendredi, 05 Juillet 2013 08:11

201307051817-fullMobilisation


Hier, les féministes et le NPA ont manifesté contre les violences faites aux femmes dans la rue./ Photo DDM, Nathalie Saint-Affre


« À Toulouse comme partout en France, le climat est malsain, les agressions sexistes sont en recrudescence et l’on voit émerger un discours décomplexé ouvertement homophobe, masculiniste. Il est temps de réagir et de se réapproprier l’espace public. » Marine et Hegoa savent de quoi elles parlent. Le 7 juin dernier, devant un bar de la rue Varsi, près de la place du Ravelin, les deux jeunes femmes ont été violemment agressées par deux individus qu’elles n’avaient jamais vus et qui les ont insultées, avant que l’un d’entre eux casse le nez d’Hegoa d’un coup de tête. A-t-elle été reconnue comme la candidate aux législatives qu’elle était sur le secteur pour le Nouveau parti anticapitaliste (NPA) ? Les deux militantes, qui ont porté plainte, ne peuvent l’affirmer. Mais cette agression les renforce dans leur détermination. « La rue n’appartient ni aux sexistes, ni à la droite fascisante », soulignent-elles, en annonçant des actions sur l’espace public dès la rentrée. Hier à l’appel du NPA, elles ont été rejointes, square Charles-de-Gaulle, par plusieurs collectifs féministes toulousains dont l’Apiaf, Mix’cité, l'Ebranleuses, le collectif Midi-Pyrénées pour le Droit des femmes et Faire Face. Des femmes qui n’entendent justement pas baisser la tête quand elles marchent dans la rue. À Toulouse ou ailleurs.

G.-R. S.

Source : La Dépèche du 5 juillet 2013 / http://www.ladepeche.fr/article/2013/07/05/1665781-les-feministes-disent-non-aux-agressions-sexistes.html

Mise à jour le Vendredi, 05 Juillet 2013 08:12
 
«DébutPrécédent12345678910SuivantFin»

Page 2 sur 20


Nouveau Parti Anticapitaliste 31 - Mentions légales / Respect de la vie privée

Unable to retrieve Items!