"/>
NPA Haute-Garonne
  • Université Jean Jaurès : Pas de rentrée cette année pour les étudiant.e.s de psychologie

    Pas de rentrée cette année pour les étudiant.e.s de psychologie, la quasi-totalité des enseignant.e.s sont en grèves et l’administration est fermée.

    Vendredi 16 septembre, l’Assemblée Générale des enseignant.e.s et membres du personnel de l’UFR (Unité de Formation et de Recherche) de Psychologie de l’Université Toulouse Jean Jaurès a voté à l’unanimité la grève reconductible dès le lundi 19 septembre, jour de rentrée des étudiant.e.s.

    Cela faisait plusieurs années que la question d’une grève à la rentrée se posait dans cet UFR tant la situation devenait intenable. La raison ? Un manque de moyen à la fois humains et financier corrélé à une hausse des effectifs en licence (29% de plus en 4 ans ce qui représente près de 1100 nouvelles étudiant.e.s).

    Coté personnels cela se traduit par une augmentation très significative de la charge de travail (1 seule personne gestionnaire pour les 1900 étudiant.e.s en L1 par exemple). Avec seulement 24 personnes pour gérer plus de 5000 étudiant.e.s en psychologie, les membres de personnels ne comptent plus leurs heures supplémentaires, les coups de téléphone s’enchaînent et les mails s’accumulent.

    Côté enseignement ce n’est pas mieux, comme il y a plus d’étudiant.e.s pour le même nombre d’enseignant.e.s ce sont les groupe de TD qui deviennent de plus en plus surchargés. La solution trouvée par la fac ? Supprimer les TD dits disciplinaires au premier semestre et les rendre optionnels dès le second semestre et pour toute la licence, quant aux cours qui seraient quand même surchargés le message est clair : les étudiant.e.s en « trop » devront rester dans les couloirs.

    A la fin de l’année dernière, le département d’anglais annonçait qu’il n’allait plus assurer les cours d’option sur les classes de niveaux débutants (manque de moyens). Du coup, ce sont les options de tous les autres UFR qui explosent en passant de 50 étudiant.e.s l’année dernière à 500 cette année. Face à cet état de fait, on généralise les évaluations par QCM, un comble pour une université de Lettres et Sciences Humaines.

    Dès le début du mouvement, les enseignant.e.s et personnels ont demandé aux étudiant.e.s du soutien pour les suivre dans cette grève. Lundi 19 l’AG d’UFR a réuni plus de 300 personnes (étudiant.e.s et personnels) et les étudiant.e.s ont votés le soutien à la grève. Jeudi 22 l’AG étudiante de psychologie réitérait son soutien et commençait à s’organiser afin de se concorder avec les personnels avec l’objectif d’obtenir plus de moyens humains et financiers, notamment par le recrutement de deux personnes à l’administration, la mise en place d’un plan de recrutement d’enseignant.e.s chercheurs.e.s sur 4 ans et une refonte du système d’attributions des heures de TD.

    Vendredi dernier, la grève a été reconduite jusqu’à Mardi 27, lundi prochain un rassemblement est prévu réunissant étudiant.e.s et personnels à 10h30 à la faculté pour porter les revendications et soutenir la délégation reçue par la faculté. Une nouvelle AG d’UFR est prévue Mardi prochain à 12h30.