"/>
NPA Haute-Garonne
  • Sur la vidéo de Mélenchon à propos d’Alep

    Cet article polémique avec une vidéo publiée par Jean-Luc Mélenchon sur Facebook.

    Cette vidéo de J.L. Mélenchon est diffusée par ses supporters avec le commentaire suivant : "sur le conflit en Syrie, une grande campagne de propagande médiatique lui attribue des positions qui ne sont pas les siennes."
    Chacun-e pourra juger sur pièce. Je me suis inspiré, en le raccourcissant, du commentaire de Vincent Presumey qui invite, « pour améliorer les conditions du débat et de la réflexion », à partager cette vidéo :

    - JLM commence par nous expliquer que la guerre c’est affreux, et que les bombardements c’est terrible. Mais à Alep il ne s’agit plus de bombardements mais de ratissage, d’assassinats dans la rue et les maisons, au couteau, de viols, de torture. JLM n’en dit pas un mot en 11 min. Il fait un parallèle avec la France en 44. Les Américains ont rasé des villes entières pour combattre les "Waffen SS". Ainsi, il suggère qu’à Alep, il y a des sortes de "Waffen SS" qu’il faut bien bombarder. JLM Il sait pourtant bien que ces bombardements US n’avaient pas d’intérêt militaire, mais qu’ils ont par contre empêché, à Marseille en particulier, une insurrection populaire contre les SS, ce dont l’impérialisme yankee ne voulait en aucun cas…

    - Poursuivons : Selon lui, à Alep Ouest il y a "l’armée régulière et les Russes" - notons le terme "armée régulière" pour désigner l’armée décomposée et prédatrice d’Assad. Et, à Alep Est, poursuit-il, il y a des forces puissamment armées par les Etats-Unis : ces forces, c’est al-Nosra, c’est-à-dire al-Qaïda, "les gens qui ont assassiné Charlie Hebdo". C’est gros… La réalité de l’insurrection populaire contre El Assad, qui serait tombé en 2011 si l’insurrection avait été armée, qui serait tombé en 2014 si Iran et Hezbollah n’étaient pas massivement intervenus, qui serait tombé fin 2015 si les bombardements russes massifs n’avaient pas commencé, qui a cependant chassé Daech d’Alep en 2014, cette réalité est niée, et le peuple d’Alep Est n’existe pas comme force autonome, qui s’est par exemple organisée dans des comités divers pour gérer la survie quotidienne.

    - On passe alors à la critique –facile –de François Hollande. Il aurait menacé Poutine du Tribunal Pénal International, ce qui est en effet ridicule et hypocrite -mais guère plus que ce qu’on vient d’entendre sur Alep, et aussi ce qu’on n’a pas entendu mais qui a été clairement suggéré : les Russes ont eu bien raison de bombarder, silence sur les tortures, viols, tri, traque, et toute l’horreur…. "Nous n’avons d’autre intérêt que le nôtre, nous Français". JLM parle donc au nom de "la France", et non pas pour la raison et la sagesse ainsi qu’il le prétend, encore moins pour les exploités et opprimés du monde entier. Donc quel est "l"intérêt de la France" ? C’est "que la guerre s’arrête". Mais comment ? De façon "que soit défaites les troupes qui nous envoient des bombes".

    En clair, pour arrêter la guerre, il nous appelle à la faire : contre qui ? non pas contre Daech, jamais nommée, mais contre ceux qu’il a accusés, armés par les Etats-Unis, de tenir Alep Est. Il nous appelle donc à faire la guerre aux côtés de Poutine pour massacrer les Syriens révoltés, et il appelle cela faire la paix.

    - La conclusion approche : "les Etats-Unis et leurs alliés veulent découper le pays" (la Syrie). Ah bon ? Les Etats-Unis n’ont jamais voulu renverser Assad. Certes, ils ont un temps appuyé les milices kurdes du PYD (proche du PKK de Turquie) qui mènent leur propre jeu. L’autonomie, voire l’indépendance, du Kurdistan remet à juste titre en cause les frontières tracées à la règle et en secret par les accords franco-britanniques de 1916. Mais JLM appelle de fait à leur maintien, avec la Russie comme gardien de l’ordre n°1. Du coup, juste une allusion rapide aux Kurdes. La dénonciation justifiée de l’intervention turque, omet seulement d’en souligner les connivences ... russes, et ne mentionne pas l’intervention iranienne. De même, appel justifié à l’indignation à propos de l’intervention saoudienne au Yémen. Mais il dénonce les bombardements d’hôpitaux à Sanaa, alors qu’il n’a pas eu un mot contre le bombardement systématique de tous les hôpitaux d’Alep Est !

    Dans cette vidéo, le nom de Trump n’apparaît curieusement pas. Pourtant il est clair qu’il a fait savoir à Poutine qu’il avait le feu vert à Alep et que les points d’entente ne vont pas manquer. Pourtant la dramatisation continue : "Nous sommes menacés d’une guerre généralisée", il faut dont "empêcher l’engrenage", qui a pour centre "Alep". "Le courage, c’est chercher la vérité et la dire", disait bien Jaurès, appelé par JLM comme caution fort mal à propos.
    Pour JLM, il faut défendre "NOS intérêt, ceux de la FRANCE". Or « la France », ça n’existe pas en dehors des intérêts économiques et militaires des grands groupes et des marchands d’armes : c’est ce qu’on appelle l’impérialisme français. F. Hollande, qui les a bien défendus en tapant sur le monde du travail avec Valls-Macron-El Khomri, est attaqué par JLM pour apparaître trop faible aux yeux "du monde" et trop aligné sur les Etats-Unis. JLM est ici pour faire la guerre, non pas même à Daech, mais à ce qu’il appelle "al-Nosra, les assasins de Charlie Hebdo" - Cabu et Wolinski n’ont pas mérité ça, mais leurs mânes en ont déjà subie d’autres ...- c’est-à-dire la population d’Alep Est, de façon à repositionner la France dans le concert des puissances, aux côtés de la Russie. François Fillon ne saurait mieux dire.

    Pierre Vandevoorde