NPA Haute-Garonne
  • Stop à la guerre de l’Etat turc au Kurdistan

    Journée internationale de soutien au Kurdistan et au HDP Rassemblement, vendredi 16 octobre, 19 h, Capitole

    NDLR : L’appel reproduit ci-dessous a été écrit avant les attentats d’Ankara du samedi 10 octobre 2015

    Stop à la guerre de l’Etat turc au Kurdistan
    Pour un retour aux pourparlers de paix en Turquie

    L’heure est grave en Turquie ! Cent ans après le génocide des Arméniens, l’histoire se répète, avec les mêmes ingrédients : un Etat dictatorial, son gouvernement, sa police, son armée qui répriment et tuent, poussent à la guerre civile contre une minorité nationale. Hier les Arméniens, aujourd’hui les Kurdes.

    Depuis le 24 juillet, l’aviation militaire turque bombarde les bases de la guérilla du PKK (Parti des Travail- leurs du Kurdistan) au Sud-Kurdistan (Irak) et cible les positions des YPG/YPJ, forces combattantes du PYD (Parti de l’Union Démocratique) au Rojava (Ouest-Kurdistan, au nord de la Syrie), 1 500 représentant-e-s du HDP (Parti Démocratique des Peuples) et des partis socialistes et révolutionnaires du Nord-Kurdistan (Turquie) ont été arrêté- e-s. Dans l’est de la Turquie, l’armée et la police turques bouclent les quartiers, villes et villages à majorité kurde, y instaurent un couvre-feu et tirent à vue sur la population, comme à Cizre, où 21 personnes sont mortes, dont Muhammed Tahir Yaramış, un bébé âgé de 35 jours. Dans l’ouest de la Turquie, les 8 et 9 septembre, des groupes fascistes, bénéficiant de la complicité de la police turque, ont attaqué les locaux du HDP, les ont incendiés, ont agressé à l’arme blanche les Kurdes dans leurs quartiers et les ont expulsés de leurs maisons, faisant 28 morts et des centaines de blessé-e-s.

    Nous condamnons fermement l’exécution de Kevser Elturk (Ekin Van), combattante kurde des YJA STAR (Uni- tés des Femmes Libres) tuée par la torture par des soldats turcs et exposée nue au public de façon inhumaine en plein centre de la ville de Varto au Nord-Kurdistan le 10 août. « La mentalité conservatrice patriarcale n’arrive pas à digérer l’idéologie de la libération des femmes qui est aujourd’hui un hommage aux valeurs de l’Humanité. Ces atrocités sont la représentation de la mentalité masculine des années 90 qui se reproduit à ce jour » (Appel des femmes Kurdes)

    « Tout cela ne serait pas arrivé, si nous avions gagné 400 sièges au Parlement », a déclaré Erdogan. Quel aveu ! Son parti, l’AKP, a perdu la majorité absolue au parlement lors des législatives du 7 juin dernier, du fait du succès électoral du HDP qui a recueilli 13 % des suffrages et 80 député-e-s.

    Erdogan veut gagner par la guerre civile ce qu’il a perdu dans la confrontation démocratique en juin. Il terrorise les électeurs et sympathisants du HDP pour remporter les élections législatives anticipées qu’il a convoquées pour le 1er novembre. Ce faisant, il montre son vrai visage, celui d’un dictateur. Il ignore l’appel des 165 organisations démocratiques de Turquie qui demandent un cessez-le-feu immédiat et le retour aux pourparlers de paix entre l’Etat et le PKK initiés en 2013 et interrompus par Erdogan en mars 2015.

    Tout cela ne serait pas arrivé si les gouvernements des grandes puissances occidentales, dont la France de Hollande et Valls, n’avaient pas soutenu, dans le cadre de l’OTAN et de l’Union européenne, fin juillet, la fiction d’un Erdogan brusquement converti à la « lutte anti-terroriste contre Daech », alors qu’ils savent que l’Etat turc, depuis trois ans, n’a pas cessé de soutenir Daech au Rojava contre la Résistance kurde et arabe des cantons d’Afrin, Kobanê et Qamishlo en lutte contre Daech et la dictature sanglante de Bachar al-Assad.

    Hollande et ses complices de l’OTAN ne peuvent pas dire qu’ils ne savent pas : Erdogan n’a jamais caché son projet d’annexer le nord de la Syrie, en y établissant une « zone tampon » sous le contrôle de l’armée turque.

    Le CSPK appelle la population toulousaine à soutenir l’appel à cesser les exactions, reprendre les pour- parlers de paix, respecter le droit à l’autodétermination du peuple kurde et participer aux collectes pour la reconstruction de Kobanê.

    Stop à la guerre de l’Etat turc au Kurdistan ! Reprise des pourparlers de paix !
    Soutien à l’autonomie démocratique féministe du Rojava et du Nord-Kurdistan !
    Ouverture d’un corridor humanitaire à la frontière turco-syrienne entre Suruç et Kobanê !
    Retrait du PKK de la liste des organisations terroristes de l’Union européenne !
    Fourniture à la Résistance du Rojava de l’armement adéquat qu’elle réclame pour se défendre !
    Libération d’Öcalan et de tou-te-s les prisonnier-e-s politiques kurdes en Turquie et en Europe !

    Journée internationale de soutien au Kurdistan et au HDP Rassemblement, vendredi 16 octobre, 19 h, Capitole

    Collectif de Solidarité avec le Peuple Kurde (Maison Franco-Kurde Midi-Pyrénées, Association Alevi Démocratique de Toulouse, AL, CGT 31, CSR 31, EELV Toulouse, Ensemble !, ETM 31, Front Populaire [Tunisie], FSU 31, Marche mondiale des femmes Midi-Pyrénées, comité 31 du Mouvement de la Paix, MRAP 31, NPA, PCF, PG, Solidaires 31, UPK 81, UPT).
    Contact : kobane.kurde@gmail.com
    Soutien financier : IBAN FR76 1780 7024 0255 4215 5474 085.