NPA Haute-Garonne
  • Régionales : Nausée en Haute-Garonne

    Les jeunes avec Aliot en centre ville de Toulouse le 26/09/2015, un profil large et ouvert

    Tour de France des régionales : le FN en Haute Garonne

    Chef de file du FN pour la région Midi-Pyrénées/Languedoc-Roussillon : Louis Aliot.

    Par Lily Park, le 2 novembre 2015

    Actifs depuis plusieurs mois sur le département avec comme thème phare la ruralité, le FN Haute Garonne veut afficher pour les élections régionales un profil « large et ouvert ».

    Ils ont dévoilé le 19 octobre la liste des 38 candidats pour le département, et la tête de liste affichée est une femme : Maïté Carsalade, connue sur la ville depuis des années. Elle a été élue sous Dominique Baudis avec la droite en 1983, puis ajointe au maire avec Moudenc entre 2004 et 2007. Elle s’affichera plus tard sous l’étiquette centriste, notamment pendant la campagne municipale de 2014. Avec ce profil, le FN veut montrer l’ouverture et un profil modéré.

    Le FN ne s’en cache pas d’ailleurs, Alliot a déclaré « tendre la main aux électeurs de la droite, aux souverainistes, à tout ceux qui ne se retrouvent pas dans ce qui se propose aujourd’hui à droite ».

    Pour continuer avec leur volonté d’afficher un profil large on trouve Didier Carette en 6ème place de leur liste. Longtemps directeur du théâtre Sorano, il en est parti avant de se faire virer : il avait des désaccords avec la politique du PS. Nous aussi, mais manifestement ce ne sont pas les mêmes…

    Beaucoup moins modérée comme transfuge, Chantal Dounot qui a elle aussi fait une longue carrière politique avec l’UMP, toujours dans la frange la plus à droite. Moins connue que Brigitte Barège, elle n’a pourtant rien à lui envier côtés « dérapages » ! Issue de la frange catho tradi, elle a toujours prôné dans son ancien parti des accords avec le FN.

    En 1998, lors des élections régionales, elle avait déjà œuvré pour un rapprochement avec le FN : l’UMP avait besoin des voix du FN (8 voix) sans lesquelles il n’avait pas de majorité.

    Chantal Dounot fut la 1ère à aller solliciter le FN alors que la tête de liste UMP, Marc Censi, ne tenait pas à accepter cet appui compromettant. Il se verra d’ailleurs obligé de démissionner à cause de ces soutiens gênants au profil de Martin Malvy (PS) qui prendra la tête de région.

    Pour l’anecdote, Jean-Pascal Serbera (colistier FN aux élections de 1998), était prêt à passer un accord avec la droite républicaine pour « faire barrage à une gauche épaulée par les trotskistes de la LCR ».

    Encore aujourd’hui, Chantal Dounot c’est la grande classe ! Elle avait eu ces mots en conseil municipal en pleine période du mariage pour toutes et tous : « le vagin c’est fait pour faire l’amour, pas l’anus ». C’est à ce même conseil municipal qu’elle s’est opposée à une association qui milite pour que les homosexuels puissent donner leur sang, pour elle ce n’est pas homophobe mais une « vérité médicale » : « je m’exprimais sur le risque de transmission du VIH »… No comment !

    Pour le profil large et ouvert, pas étonnant que le FN ait préféré Maïté Carsalade pour prendre la tête de liste au niveau du département !

    En numéro 2 sur la liste, Julien Leonardi : secrétaire départemental du FN31 et membre du bureau national du FNJ. C’est lui qui est aujourd’hui à la tête du front national Haute Garonne, il a manifestement réussi à prendre la place de Serge Laroze (qui était dans les fidèles à le Pen père). Ce dernier se retrouve aujourd’hui relégué à la 26ème place sur la liste FN des régionales.

    Julien Léonardi représente la jeunesse (28 ans) et un certain dynamisme qu’on ne pouvait pas attribuer à son prédécesseur. N’habitant pas sur Toulouse, petit commerçant (boulanger), il vient d’envoyer une lettre à tous les bouchers et charcutiers de Haute Garonne, sur la thématique du traité de libre échange transatlantique et les conséquences pour les petits commerçants.

    Il n’en est pas à son 1er coup d’essai concernant les lettres : son thème fétiche se tournant vers la ruralité (où effectivement le vote FN est proportionnellement plus important qu’en ville), le FN avait donc envoyé cet été une lettre à tous les maires des petites communes à ce sujet. Ils ont en parallèle fait une « tournée d’été », avec réunions publiques de la ruralité dans des petites villes types Saint-Gaudens, Revel, Fronton.

    A chaque fois ces réunions ont remporté un tel succès qu’on compte en moyenne moins d’une vingtaine de participant-e-s à chaque initiative, avec une moyenne d’âge très élevée ! C’est là où on peut voir que le FN pêche toujours à trouver des militants sur le département, comme partout ailleurs.
    Dans le même style et toujours sur le même thème, le FN fait tourner la « caravane des oubliés de la ruralité » sur des petites villes du département (L’Isle en Dodon, Boulogne sur Gesse, Martres-Tolosane et Saint Bertrand de Comminges).

    A noter dans l’agenda, le chef de liste de la région Louis Aliot sera présent le 20 novembre pour un meeting proposé par la manif pour tous.

    Parce qu’il est intolérable que des mouvements affiliés à l’extrême droite se réunissent tranquillement en meeting dans nos villes, nous aussi serons présent-e-s dans la rue pour riposter tant qu’il le faudra contre tous ces réactionnaires, pour l’égalité des droits pour toutes et tous !

    RDV le vendredi 20 novembre à 19h au métro Palais de justice.

    A Toulouse comme ailleurs, NO PASARAN !