"/>
NPA Haute-Garonne
  • Rassemblements des exilé-e-s de Calais tous les jours à partir du 16 janvier

    Suite à une premier rassemblement le 22 décembre, des exilés passés par Calais et leurs soutiens appellent à accentuer la pression notamment pour que le préfet respecte les promesses faites à Calais. Une procédure Dublin existe et permet à la France de renvoyer vers d’autres pays d’Europe des exilé-e-s sans même que ces personnes puissent faire leur demande d’asile en France. Les autorités françaises avaient promis à Calais et à Toulouse (comme vous le voyez dans le reportage de France 3) que cette procédure ne s’appliquerait pas. Or de nombreuses personnes ont reçues des papiers de procédure Dublin à Toulouse et déjà ailleurs en France certaines ont été déportées en avion.

    Réuni-e-s samedi dernier (comme tous les samedis) en assemblée, exilés et soutiens appellent à de nouveaux rassemblements la semaine du 16 au 20 janvier.

    Tous les jours entre 12h et 14h, nous nous rassemblerons au métro Jean Jaurès.

    Le texte d’appel écrit par des personnes en CAO et des personnes solidaires pour le rassemblement du 22 décembre :

    Nous, migrant.e.s hébergé.e.s en ce moment dans des CAO (Centres dits
    d’Accueil et d’Orientation) de Haute-Garonne et alentour, sommes
    arrivé.e.s suite à l’expulsion des campements de Calais, dans des bus
    qui nous ont éparpillé.e.s un peu partout à travers la France.

    Nous avons décidé de monter dans ces bus suite aux promesses de
    représentants de l’État nous affirmant que nous pourrions déposer des
    demandes d’asile selon la procédure normale, nous certifiant que la
    procédure Dublin -qui permet de nous expulser vers le pays par lequel
    nous sommes entrés en Europe- ne nous serait pas appliquée.

    La préfecture de Haute-Garonne, à notre arrivée ici, a réitéré
    cette promesse. Mais elle trahit à présent son engagement, et remet
    aux personnes qui se présentent à leur rendez-vous, des dossiers de
    demande d’asile Dublin, et ce contrairement aux pratiques
    administratives adoptées dans d’autres départements.

    C’est le hasard du lieu dans lequel nous avons atterri qui nous permet
    de reprendre un peu d’espoir, ou nous impose au contraire de fuir à
    nouveau.

    Nous dénonçons donc aujourd’hui les pratiques insidieuses de la
    préfecture de Haute-Garonne et exigeons qu’elle respecte les
    engagements pris à notre égard.

    Nous, personnes soutenant les migrant.e.s, refusons à leurs côtés les
    manœuvres répressives et opaques que leur infligent l’Etat et les
    institutions affiliées qui spéculent sur le racisme et la misère.

    Sous couvert d’opération humanitaire, L’État a une nouvelle fois
    organisé la chasse des migrant.e.s présent.e.s à Calais, en les
    éparpillant, les isolant et les invisibilisant davantage.

    Nous soutenons et souhaitons faire entendre les revendications des
    exilé.e.s de Calais face à la préfecture de Haute-Garonne qui,
    fidèle à ses pratiques, met en œuvre une conception restrictive et
    coercitive du droit des étrangers.

    A une Europe qui érige des murs et des frontières, qui enferme et
    expulse, nous opposons l’accueil, l’hospitalité, la solidarité directe
    et la lutte collective.

    Soyons nombreux et nombreuses jeudi 22 décembre à 13h devant la
    Préfecture pour soutenir les migrant.e.s et enrayer la machine à
    expulser !