"/>
NPA Haute-Garonne
  • Philippe Poutou après l’élection de Fillon à la primaire de droite

    Salut à toutes et tous,

    C’est fait, la droite a choisi son candidat pour la présidentielle, c’est donc Fillon. Une vraie tête de champion celui-là : conservateur, catho, ultralibéral, identitaire national … tout ce qu’on aime. Le signal donné est clair, avec sa primaire, les paroles des uns et des autres, le programme du vainqueur mais aussi celui des perdants, tout cela constitue une véritable déclaration de guerre contre les milieux populaires. On l’a bien compris, cette droite plus dure, plus extrême, revancharde, elle revient pour faire mal. Le programme affiché, c’est ouvertement de s’en prendre aux fonctionnaires, au temps de travail, à la retraite, à la sécurité sociale, aux syndicalistes … c’est faire travailler plus pour gagner moins, avec moins de protection sociale et plus de d’impôts (TVA). C’est une politique criminelle et destructrice car cela se traduira forcément par encore plus de pauvreté, de misère, de précarité, par moins d’accès à la santé, à l’éducation, à encore moins de service public. Au bout du compte, cela aboutira à un recul important du niveau de vie.

    L’heure est grave évidemment. Alors l’on voit maintenant s’affoler les politiciens de gauche qui parle d’urgence à faire barrage à cette droite, en s’unifiant derrière un(e) candidat(e) de la gauche. Ben voyons. Hamon, Montebourg, Hollande, Valls, Macron … tous concurrents à la primaire PS mais tous unis pour nous tromper encore une fois. Ils n’ont pas honte de nous faire le coup à nouveau du « attention la droite revient ». C’est d’ailleurs leur seul argument de vente. Eux tous président, ministres actuel ou anciens, eux qui ont mené une politique anti-sociale, qui se sont attaqués aux plus pauvres, aux plus fragiles, qui ont remis en cause les droits et les libertés de la plupart d’entre nous, qui ont envoyé les flics contre les salariés, contre les zadistes, contre les sans-papiers, les roms et les migrants !

    Eux qui au final ont ouvert grand les portes à la surenchère réactionnaires, au retour de la droite ou à l’arrivée possible de l’extrême droite ! Mélenchon, lui aussi se présente de son côté comme le barrage à Fillon, comme notre protecteur. Lui l’ancien ministre de Jospin et le fan de Mitterrand, partisan de gouvernements de « gauche » qui à leur époque avaient aussi trahi et avaient permis le retour de la droite.

    Oui, il y a une bataille, un combat évident et urgent à mener. Mais la solution ne sera pas institutionnelle ou électorale. La bataille à mener c’est contre la droite oui mais contre toutes les droites, contre les politiques libérales, celles au service des possédants, des capitalistes. C’est la bataille contre les possédants, contre le pouvoir et le système actuel.

    Oui l’affrontement programme et perspective anticapitaliste contre ceux des droite et extrême-droite se fera durant la campagne électorale (on ne va quand même pas dire le contraire) mais cela doit aider à préparer l’affrontement dans la rue qui sera déterminant. Oui il faut l’unité mais dans le combat social et politique, un combat que nous, les millions de travailleurs, d’exploités, ensembles, devons mener, en prenant nos affaires en mains. Nous-mêmes ! On voit où ça nous mène le vote « utile », celui de se ranger toujours derrière des politiciens de gauche, aussi « radicaux » soient-ils. Alors pour que ça change, pour ne pas se faire avoir, à nous d’agir directement.

    Philippe