"/>
NPA Haute-Garonne
  • Philippe Poutou, à son retour du procès de Dax

    Salut à toutes et tous

    Il y avait aujourd’hui à Dax un rendez-vous important dans la lutte contre l’évasion et la fraude fiscale. Il s’agissait d’abord de soutenir Jon Palais en procès aujourd’hui parce qu’il avait participé à une action de « faucheurs de chaises » dans une banque. Comme à chaque fois, ce sont celles et ceux qui dénoncent les tricheurs-voleurs qui se retrouvent attaqués en justice et menacés de condamnations. C’est le cas par exemple d’Antoine Deltour dans l’affaire des Luxleaks. Jamais les riches, jamais les banques, jamais les responsables politiques. Ce n’est pas une surprise, la justice et le pouvoir sont clairement du côté des possédants.

    Alors la seule chose qui nous reste c’est notre mobilisation comme aujourd’hui à Dax. Pas loin de 2000 personnes et une journée réussie.

    Nous n’avons rien à attendre des institutions, des partis de pouvoir qui font semblant de s’attaquer au système de fraude. Les gouvernements et les États ne sont pas seulement hypocrites, ils sont surtout complices du mécanisme de détournement des richesses à l’échelle planétaire. C’est un vol géant organisé dans une opacité légale qui s’appelle le secret des affaires ou le secret bancaire. Ce qu’on appelle la fraude ou l’évasion ce n’est en fait qu’une partie de ce que les capitalistes empochent. C’est un véritable pillage de l’argent public, de la richesse collective. Le capitalisme (en crise soi-disant) c’est la misère et la précarité pour les uns et ce sont des richesses indécentes pour une poignée de parasites, de possédants.

    Des fortunes colossales de quelques dizaines de milliards d’euros comme pour Mulliez, Arnaud, Bettencourt… Des profits historiques pour les multinationales, des dividendes qui explosent… Tout cela grâce aux nombreux cadeaux fiscaux et subventions dont profitent les possédants mais aussi grâce à l’exploitation quotidienne de dizaines de millions de travailleurs. Le vol « légal » ne suffit pas alors il y a la fraude.

    Les outils ou solutions techniques existent pour combattre la fraude. Les moyens financiers existent pour répondre à l’urgence sociale.

    Il faut contrôler les capitalistes, il faut lourdement sanctionner les tricheurs. OK cela semble une évidence. Mais la seule solution efficace c’est la transparence et la démocratie réelles. Et cela ne peut passer au minimum que par la socialisation des banques, leur expropriation pour les mettre sous contrôle des salariés et de la population. Il faut enlever les moyens de nuire aux possédants, sortir des logiques de rentabilité pour mettre l’argent au service de la société et pour répondre aux besoins sociaux.

    C’est une question de choix politique qu’il faudra imposer par en bas car il ne viendra pas d’en haut.

    Pour un système économique juste, c’est forcément un affrontement avec ceux qui dirigent aujourd’hui, c’est forcément le renversement du capitalisme, ce sont des questions d’actualité. Et ça, seuls les gens d’en bas, le camp des exploités et des opprimés, en prenant leurs affaires en mains, en prenant confiance dans nos forces, peuvent le faire.

    En attendant, une bonne nouvelle, la journée s’est bien terminée, l’avocate Eva Joly, l’ancienne juge anticorruption, ancienne candidate à la Présidentielle, a fait du très bon travail. Le réquisitoire c’est la relaxe pour Jon Palais, le rendu est prévu le 23 janvier. Un encouragement certain pour le renforcement de la mobilisation.

    Philippe

    Voir en ligne