"/>
NPA Haute-Garonne
  • Manifestation Un Quartier Un Collège (Badiou)

    Nous reproduisons ci-dessous l’appel issu de « L’ Assemblée Parents – Enseignants - Habitants » du quartier de La Reynerie du 15 janvier 2017.
    Mail : assembleeparentsprofshabitants@gmail.com

    PARENTS, ENSEIGNANTS, HABITANTS

    VENEZ MANIFESTER MARDI 31 JANVIER,

    14h00, PLACE ABBAL POUR DIRE :

    ON VEUT DÉCIDER NOUS-MÊMES POUR NOS ENFANTS !

    ON VEUT POUVOIR LES INSCRIRE EN 6° A BADIOU A LA RENTRÉE 2017 !

    UN QUARTIER, UN COLLÈGE !

    A la rentrée prochaine, le Conseil Général et le rectorat veulent envoyer les enfants du quartier maintenant en CM2 dans des collèges de l’agglo pour vider le collège et le détruire dans 4 ans.

    1) CE PROJET, C’EST UNE AGRESSION TERRIBLE, un vrai mépris des enfants, des parents, des enseignants, des personnels du collège, des habitants. Dès qu’on en a entendu parler, parents, enseignants, habitants, on a réagi, on est allés discuter, expliquer. On a participé à plusieurs réunions avec le Conseil Départemental, le Rectorat, la FCPE. Ils font semblant d’écouter les gens, mais ils avaient déjà décidé avant de commencer à discuter. Quand on dit qu’on n’est pas d’accord, ils nous répondent que ça ne compte pas, que « c’est pour notre bien ». Comme le dit une maman, qu’est-ce que ces gens-là connaissent de notre vie ? Comment ils peuvent décider ce qui est bien pour nous ? C’est mieux pour les enfants 35 minutes de trajet au lieu de 5 ? C’est mieux toute la journée au collège sans pouvoir rentrer, la cantine obligatoire ? Et pour nous qui avons dèjà des vies dures, c’est mieux de ne pas pouvoir aller au collège en cas de problèmes, de ne plus avoir la proximité avec les profs et le personnel ? Ce projet est d’une grande violence, un facteur de colère et d’angoisse, en particulier pour les enfants.

    2) NOS ENFANTS SONT DES ENFANTS COMME LES AUTRES, ILS SONT AUSSI DES ENFANTS DU PAYS. Arrêtez de les traiter comme de la graine de terroristes et de les enfermer dans cette image ! Quel rapport entre « sauver la république » (propos de Meric) et détruire les 2 collèges du Mirail ? Sauf à supposer que nos enfants sont des dangers publics ? Les élus du Conseil Départemental, le Rectorat, certains syndicats enseignants et fédérations de parents d’élèves affirment que « la situation est explosive », que nos enfants sont « une bombe à retardement ». Ils réalisent qu’ils parlent d’enfants de 10 ans ? C’est avec ce type d’argument qu’on allume la mèche et qu’on sème les graines de la haine et de la révolte ! C’est un discours guerrier, qui nous présente, nous et nos enfants, comme des ennemis de la société ! Ca va contre tous nos efforts. Nous ne sommes pas ce qu’ils disent de nous !

    3) NOUS SOMMES DES PARENTS COMME LES AUTRES, nous cherchons tous le mieux pour nos enfants. Le conseil Départemental dit qu’il veut imposer la mixité sociale, mais pourquoi c’est à nous qu’il l’impose ? Pourquoi c’est nos enfants qui doivent aller dans des collèges loin du quartier, alors qu’on a BADIOU à côté ? Quand on pose cette question, on nous répond que pour les élèves d’autres quartiers, venir à Badiou,« ça fait trop loin » ou encore « ils ne sont pas d’accord ». Et notre avis à nous, il ne compte pas ? Nous avons déposé une pétition signée par 430 parents et habitants du quartier, ils n’en tiennent pas compte. On a décidé de ne pas baisser les bras, de se montrer, de dire ce qu’on a à dire. C’est de nos enfants qu’il s’agit, et on ne va pas les abandonner.

    4) LA MIXITÉ SOCIALE, ON EST POUR, et il y a au collège et dans le quartier beaucoup de choses qui se font déjà dans ce sens, par la volonté des gens. On a plein d’idées et de propositions pour la développer, ça serait plus efficace et ça coûterait bien moins cher que le projet actuel du Conseil Départemental

    5) ON VEUT LA 6° AU COLLÈGE BADIOU A LA RENTRÉE PROCHAINE. L’an dernier, le collège Badiou a refusé des inscriptions faute de places. Cette année encore, nous sommes nombreux à vouloir y inscrire nos enfants l’an prochain. Nous refusons d’envoyer nos enfants à des kilomètres, alors qu’on a un collège à côté, où on peut aller, où on est en confiance, même si depuis des années, le Rectorat en diminuant les moyens humains et le Conseil Départemental en n’entretenant même pas les bâtiments, sans parler de leur propagande actuelle, font tout pour casser l’image du collège. Nous voulons au contraire qu’ils s’engagent à l’améliorer, à le rendre plus attractif. C’est possible : il y a des parents et des enseignants prêts à agir pour ça.

    « L’ Assemblée Parents – Enseignants - Habitants »

    Toulouse, le 15/01/2017