NPA Haute-Garonne
  • I Fascisti Fora !

    Surfant sur la vive émotion après l’agression de pompiers la nuit de Noël à Ajaccio, l’extrême-droite a instrumentalisé un rassemblement de soutien aux combattants du feu pour aller en découdre avec les habitants du quartier des Jardins de l’Empereur.
    Au prétexte du soutien aux sapeurs attaqués, il s’est agi de cibler comme coupables les habitants de ce quartier populaire ajaccien d’origine maghrébines, musulmanes ou non.

    C’est ainsi qu’une salle de prière a été saccagée, des Corans en partie incendiés, avant que la devanture d’un kebab ne soit défoncée, avant que des centaines de personnes ne patrouillent deux jours de suite devant les immeubles, criant des slogans racistes et xénophobes.

    Ces actes de nature fascisante n’avaient rien de spontanés, ils étaient au contraire clairement prémédités. Ils sont inacceptables.

    Il ne faut pas que les graves événements d’Ajaccio ne servent de prétexte à faire oublier le racisme d’état et l’islamophobie qui sévissent en France continentale.

    Ce sont le président et le premier ministre "socialistes" qui, en accord avec la droite et l’extrême-droite, valident la déchéance de nationalité.

    C’est le ministère de l’intérieur qui fait perquisitionner les mosquées et multiplient les assignations à résidence de musulmans.

    Ce sont dans les grands médias français que des discours islamophobes et racistes sont proférés quasi quotidiennement.

    C’est à l’Assemblée Nationale que Latifa Ibn Ziaten (mère du premier militaire assassiné à Toulouse par Mohammed Merah) a été huée et sifflée.
    C’est enfin aux dernières élections régionales en France continentale que le FN a battu ses records en nombre de votants.

    Ce qui s’est passé ces derniers jours à Ajaccio n’est que le résultat de 30 ans de politiques et de discours favorisant l’extrême-droite à l’échelle nationale.
    Il y a aujourd’hui urgence à reconstruire un large mouvement antifasciste, contre le racisme d’état et l’islamophobie, contre toutes les oppressions. Le NPA y prendra sa part.

    Montreuil, le 28 décembre 2015