"/>
NPA Haute-Garonne
  • Annonce d’une commande exceptionnelle de munitions pour les Flash-balls/Lanceurs de balles de la police française.

    Le mardi 29 mars 2016 - Source : OBSlab

    Communiqué du 29 mars 2016 de l’Assemblée des blessés, des familles et des collectifs contre les violences policières : Annonce d’une commande exceptionnelle de munitions pour les Flash-balls/Lanceurs de balles de la police française.

    Nous apprenons que l’usine Alsetex à Précigné, dans la Sarthe, spécialisée dans le maintien de l’ordre, vient de recevoir de l’État une commande exceptionnelle de "MDCP" (munitions de défense à courte portée) de calibre 40 mm, pour un montant de 5,57 millions d’euros, et une quantité estimée à 115 000 munitions par an.

    Ce calibre est celui des nouveaux Lanceurs de balles de défense, en caoutchouc, équipés de viseurs laser, qui remplacent actuellement les vieux Flash-balls, jugés trop imprécis.

    L’organisme acheteur (pour le compte de la police, de la gendarmerie et de l’administration pénitentiaire) porte l’acronyme de SAELSI (Service de l’achat des équipements et de la logistique de la sécurité intérieure), une création récente datant de 2014. Sept entreprises avaient candidaté pour répondre à l’appel d’offre.

    L’Assemblée des blessés par la police, avec leurs familles et amis, dénonce ce marché public que l’État vient de conclure avec l’usine Alsetex pour la fourniture d’un nombre sans précédent de "balles de défense" afin d’ équiper les forces de l’ordre, d’un montant estimé à 115 000 munitions chaque année pendant les quatre années à venir, dont 100 000 pour la seule police nationale.

    Ce chiffre contraste avec les bilans officiels fournis par la police, qui font état de 3000 tirs par an, ce qui laisse supposer une augmentation exponentielle des usages, peut-être à mettre en rapport avec l’actualité sociale et revendicative et les stratégies du gouvernement en matière de maintien de l’ordre dans les manifestations de salariés et de jeunes.

    115 000 balles, divisées par 365 jours, cela donne environ 315 tirs quotidiens... Le gouvernement français a donc planifié de tirer 315 fois par jour sur les citoyens, y compris les jours fériés.

    Cet achat massif de balles de type flash-ball/Lanceur de balles banalise les violences policières, entérine et aggrave le changement de doctrine policière survenu avec Nicolas Sarkozy et multiplie les risques dramatiques de mutilations permanentes, notamment de la vision, alors que déjà ces balles de caoutchouc ont causé la mort d’un homme en France et 39 blessures graves, dont 12 sur des enfants mineurs.


    L’Assemblée des blessés, des familles et des collectifs contre les violences policières

    Numéro national : 06 56 82 00 01