"/>
NPA Haute-Garonne
  • APL : pas d’économies sur le dos des locataires !

    Journée de mobilisation nationale

    Rassemblement et action samedi 14 octobre

    à 14h devant la CAF 24 rue Pierre Paul Riquet, près du métro François Verdier

    Evènement Facebook

    Le gouvernement a annoncé son intention de retirer 5 euros par mois sur les allocations logements (APL-AL) par ménage à partir du 1er octobre, soit 400 millions d’euros par an. Cette mesure est injuste car elle touche uniquement les plus modestes d’entre nous, celles et ceux qui ont des difficultés à boucler leurs fins de mois.

    Malgré le tollé général, le gouvernement persiste à vouloir réaliser en 2018 des économies, encore plus drastiques sur le budget des APL dans le parc social, à hauteur de 2 milliards d’euros. Prenant ainsi le risque de mettre en grandes difficultés des centaines de milliers de locataires, pauvres ou modestes, qui n’auront jamais les capacités de se reloger par eux-mêmes.

    En effet, depuis vingt ans, les loyers et les charges ont progressé bien plus rapidement que les allocations et ressources des ménages à bas revenus.

    La moindre baisse des APL peut donc entraîner une hausse des impayés de loyers et des expulsions locatives.

    Nous, associations de mal-logé-e-s, de locataires, d’étudiant-e-s, de résident-e-s, de jeunes, de consommateurs-trices, de personnes âgées, d’aide aux personnes défavorisées, de citoyen-nes, syndicats, politiques et organisations de bailleurs sociaux avons donc décidé de nous unir contre ces décisions injustes, mais aussi inefficaces au niveau budgétaire à moyen terme, car une personne expulsée ou à la rue devra être prise en charge à un coût parfois bien plus élevé, au plan de l’hébergement d’urgence, de la santé…

    Nous demandons solennellement et d’une seule voix au gouvernement de :
    - revenir sur sa décision de ponctionner 5 euros des allocations logement et sur ses projets de coupes budgétaires en 2018 sur les bailleurs sociaux,
    - appliquer l’encadrement des loyers en vue d’alléger la charge des locataires, comme le prévoit la loi,
    - préserver l’équilibre économique à long terme des bailleurs sociaux afin qu’ils poursuivent leur mission sociale, entretiennent correctement leur patrimoine, accroissent leur production de logements sociaux et très sociaux, en particulier dans les communes qui en manquent, afin de reloger des ménages précaires dans de bonnes conditions et de continuer à répondre à l’ensemble des besoins sociaux. Nous voulons un véritable service public du logement.

    Premiers signataires : DAL 31, Emmaüs 31, Solidaires 31, UD CGT 31, FERC-Sup CGT de l’UT2J, SUD Santé sociaux 31, Alternative Étudiante Sciences Po Toulouse, UNEF Toulouse, Union des Etudiant-e-s de Toulouse, EELV 31, Jeunes insoumis-es Toulouse, NPA 31, ...